Le biopic maudit de William Faulkner sur le général de Gaulle

Nicolas Gary - 05.01.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - William Faulkner Hollywood - Charles Gaulle Faulkner - Guerre mondiale Faulkner


Les relations entre le général de Gaulle et le président américain Franklin D. Roosevelt avaient inspiré Hollywood. En 1942, alors que les deux hommes sont moins à couteaux tirés, un certain William Faulkner est engagé, à 300 $ par semaine, pour écrire sur ce fameux Français, à la tête des forces libres…


Statue of Charles de Gaulle
Suresh /R, CC BY SA 2.0
 

 

En juillet 1942, Faulkner est dans une situation économique délicate. Et dans le même temps, garde cette frustration de n’avoir pas reconnu la gloire militaire qu’il espérait. Le projet autour de De Gaulle l'enthousiasme. Ce n'est que sept ans plus tard, qu'il savourera son prix Nobel de littérature.
 

1200 pages, cinq mois de labeur...

 

Son scénario va s’appeler, tour à tour, Journey To Dawn, Journey To Hope, Free France, puis The De Gaulle Story. Il finira, à force d’évolutions durant cinq mois de travail, par aboutir à un manuscrit de 1200 pages. Mais si l’on n’a jamais entendu parler de ce projet, c’est qu’il ne vit tout simplement jamais le jour.

 

Robert W. Hamblin, spécialiste de Faulkner, en fait état dans un article qui revient sur l’histoire de ce scénario – The Curious Case of Faulkner’s “The De Gaulle Story”.

 

Selon lui, le scénario n’a jamais dépassé les tables de travail, parce qu’entre les représentants de De Gaulle, qui servaient de conseillers et consultants, et Faulkner, un conflit éclate. Et qui est au cœur même de l’écriture du romancier : cette dichotomie entre fiction et réalité.

 

Or, si Faulkner avait l’Histoire à l’esprit, dans une approche qui ressemble plutôt au modèle biopic contemporain, les représentants français avaient plutôt les faits à l’esprit. Leurs observations formulées sur des détails inexacts, des erreurs factuelles et autres listes d’irrégularités qui défrisaient les deux responsables. Il s’agissait d’un lobbyiste français francophone et d’un producteur/réalisateur vivant à Hollywood.
 

Finalement, un téléfilm chez TF1, 58 ans plus tard

 

Faulkner s’agace que l’on tente de mettre son nez dans la créativité qu’il déploie autour du bonhomme : « Laissons là le général de Gaulle, en tant que personnage vivant de l’histoire », affirme-t-il à Warner Bros, le producteur, en novembre 42.

Et finalement, met un terme lui-même à cette aventure, considérant qu’en outre, le réalisateur n’aurait pas la liberté de produire une image qui saurait convaincre et plaire au public américain. Qui « trouvera cela ennuyeux », en définitive.

 

Le reste de l’histoire se devine : l’animosité de De Gaulle vis-à-vis des Américains s’accroit, et Faulkner, de son côté, recycla une partie de ce travail dans d’autres œuvres.

 

Aujourd’hui, le script est passé des archives de Warner à une collection privée, avant d’être publié par l’University Press of Mississippi en 1984. Une traduction fut produite et en 1990, elle inspira un téléfilm, Moi, General de Gaulle diffusé par TF1 en novembre.

Le texte, lui, fut publié aux éditions Gallimard en octobre de cette même année, traduit par Bertrand Poirot-Delpech, d’après le texte de Faulkner.

 

Mais le téléfilm, trop éloigné de ce qu’avait écrit Faulkner, ne fut juste qu’un mauvais moment à passer pour les spectateurs…

 

 

via Jstor




Commentaires
Euh, Faulkner a eu le prix Nobel en 1949, sept ans après l'écriture de ce scénario (et non sept ans avant)...
C'était de l'uchronie...

Qui a été corrigée, évidemment.

Merci !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.