Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le décès inexpliqué de Richard Descoings, directeur de Sciences Po

Clément Solym - 04.04.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Richard Descoings - Sciences Po - directeur


Le directeur de Sciences Po Paris Richard Descoings est décédé mardi 3 avril dans sa chambre de l'hôtel Michelangelo à Manhattan, dans des circonstances encore mystérieuses.

 

Le directeur de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris s'était rendu aux Etats-Unis pour assister à une conférence à l'université de Columbia, réunissant des chefs d'universités sous l'égide su secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon. Ses collègues, à qui il avait donné rendez-vous dans le hall de l'hôtel, se sont inquiétés de son retard.

 

 

Son corps ne porte apparemment pas de signes de traumatisme, et l'ensemble de ses affaires a été retrouvé, bien que la chambre ait été dans un désordre notable. Son téléphone et son ordinateur portables ont été jetés par la fenêtre, et pour atterrir au troisième étage du bâtiment.

 

L'Elysée salue la figure du réformateur

 

L'Élysée rend hommage  « à la carrière exceptionnelle d'un grand serviteur de l'État, qui aura consacré toute sa vie à la cause qu'il s'était choisie et dont rien ne l'avait détourné: l'éducation ». Richard Descoings a en effet permis, en quatre mandats, d'ouvrir l'admission à Sciences Po à un plus large public. Son action profondément réformatrice a radicalement bouleversé l'institution. « Pionnier de l'ouverture à l'international et de la recherche des nouveaux financements, travailleur infatigable et passionné, il n'a eu de cesse d'inventer en permanence, dans un monde plus volontiers soucieux de ne pas bousculer les habitudes ».

 

La mesure la plus évoquée encore ce matin est la mise en place de conventions ZEP, qui permet aux élèves de lycées défavorisés d'accéder à Sciences Po par voie dérogatoire. Il est à l'origine de la décision, encore très controversée, de supprimer l'épreuve de culture générale au concours d'entrée. Après le début de son quatrième mandat en décembre 2011, il avait annoncé que tous les candidats passeraient un oral dans le but de valoriser les profils et les expériences les plus diverses pour le recrutement de nouveaux élèves. Il fut également l'artisan de la réforme du lycée sous la houlette de Xavier Darcos, alors ministre de l'Education nationale.

 

Multiples hommages

 

Plus encore, Richard Descoings a fait de Sciences Po une école à la renommée internationales. Ban Ki Moon et le directeur de l'université de Columbia, Lee C. Bollinger, regrettent la disparition d' « un leader mondial dans le domaine de la politique éducative, reconnu et honoré en France et dans le monde ».

 

Les élèves de l'Institut parisien rendent hommage ce matin à leur directeur : une foule s'était rassemblée dans le jardin de Sciences Po. Des fleurs et des lettres ont été déposées à l'entrée du bâtiment de la rue St Guillaume.