Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le décor de l'émission Apostrophes vendu aux enchères

Laurène Bertelle - 16.06.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - emission apostrophes - bernard pivot apostrophes - enchères décor apostrophes


Le célèbre décor de l'émission Apostrophes, présentée par Bernard Pivot, a été vendu aux enchères pour plus de 10 000 euros. Un lot qui regroupe les fauteuils mythiques et les bibliothèques de l'émission, que le cofondateur de Babelio aurait voulu acheter pour accueillir à son tour des auteurs contemporains, mais un couple de collectionneurs a été plus audacieux.




Le décor de la célèbre émission Apostrophes a été vendu aux enchères par la maison Artcurial ce mercredi 14 juin. La vente comportait 2 fauteuils dits « Lang » créés par Philipe Starck ainsi que 4 éléments de bibliothèques de livres factices et 4 panneaux décoratifs conçus par Michel Millecamps. Estimé entre 4 000 et 8 000 euros, le lot s’est finalement vendu à 13 000, soit 16 900 euros en y ajoutant les différents frais. 

 

Deux acheteurs se sont particulièrement débattus. Parmi eux, Guillaume Teisseire, le cofondateur du site Babelio, a perdu de peu la bataille. « On est un peu déçus, bien sûr, car nous recevons beaucoup d’auteurs, nous organisons des rencontres avec des lecteurs, et nous aurions pu donner une nouvelle vie littéraire à ces fauteuils », a-t-il expliqué au Parisien. C’est finalement un couple de collectionneurs qui a remporté la vente, en participant aux enchères par téléphone.

 

Apostrophes était une émission hebdomadaire présentée par Bernard Pivot et diffusée sur Antenne 2, de 1975 à 1990, dans laquelle l’actuel président de l’académie Goncourt recevait divers auteurs contemporains dans les fameux fauteuils Lang.

 

« Peu de fauteuils, sans doute, peuvent se prévaloir d’avoir accueilli tant de personnalités illustres et géniales », explique sur son site la maison Artcurial avant de citer Marguerite Duras, Hergé, Françoise Sagan, André Malraux, Umberto Eco ou encore Simone de Beauvoir, entre beaucoup d’autres.

 

Le Parisien rapporte également que Bernard Pivot n’était pas intéressé par la vente, mais aurait préféré que les dirigeants de Babelio remportent les enchères. « C’est un peu dommage que ce site dédié aux livres ne l’ait pas emporté. J’aurais préféré que les fauteuils d’Apostrophes retrouvent le contact chaleureux de fesses d’auteurs contemporains. »