Le droit des femmes, une mission de la Francophonie

Cécile Mazin - 08.08.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - Francophonie - Yamina Benguigui - droit des femmes


A l'occasion d'un déplacement de la ministre en charge de la Francophonie, pour l'inauguration du Festival du conte, à Capbreton, Yamina Benguigui a annoncé sa volonté d' « élargir les murs de la francophonie », rapporte l'AFP. Pour sa 24e édition, le festival qui se déroule dans les Landes est devenu le terrain des opérations, en matière de droit des femmes. 

 

 

Yamina Benguigui

Yamina Benguigui

Medef, CC BY SA 2.0

 

 

Un festival basé sur l'oralité, c'est d'ailleurs quelque chose qui touche particulièrement la ministre : « L'oralité, c'est toute ma culture. Je suis française d'origine algérienne, j'ai été élevée dans le conte. Quand on quitte son pays, pousse par la nécessité, le conte, c'est le meilleur moyen de garder le lien avec son pays. »

 

En outre, et pour revenir aux droits, la ministre souhaite « inclure dans [s]a mission le droit des femmes, car ils ne sont jamais acquis ». Et d'inviter au 2e Forum mondial des femmes francophones qui se déroulera le 20 mars 2014 à Paris, avec de nombreuses associations de femmes présentes. 

 

À l'occasion d'un discours à Genève, au Conseil des droits de l'Homme, elle avait déjà rappelé l'importance du droit des femmes :  

Afin de permettre aux femmes de bénéficier de chances égales, il nous faut leur permettre notamment l'accès à l'éducation et à la culture et lutter contre les stéréotypes de genre. C'est en particulier pour faire reconnaître ce droit des femmes et des filles à l'éducation et à la culture que j'organiserai à Paris, le 20 mars prochain, journée internationale de la Francophonie, le premier forum mondial des femmes francophones, en partenariat avec l'Organisation internationale de la Francophonie ainsi qu'avec ONU femmes et l'Unesco. 

La priorité de cette journée sera de ramener du droit pour les femmes dans l'espace francophone. Leurs droits sont menacés partout, pour beaucoup. Certaines sont en perte de droit, je pense à certains pays comme la Tunisie, comme l'Egypte, et certaines sont devenus des butins de guerre, je pense aux agressions au nord-est de la RDC, au nord-Kivu.

 

On se souviendra, pour faire écho à ces déclarations, de l'intervention de Malala Yousafzai, ce 12 juillet, au siège de l'ONU, une adolescente de 16 ans, grièvement blessée par les talibans pour avoir revendiqué le droit à l'éducation.

 

« Un enfant, un enseignant, un stylo et un livre peuvent changer le monde. L'éducation est l'unique solution. L'éducation est prioritaire », expliquait-elle. Selon un rapport, à travers le monde, 57 millions d'enfants âge d'être scolarisés en école primaire, ne vont pas du tout à l'école. Cette étude réalisée par l'UNESCO et Save The Children, ajoute que le nombre d'enfants a cependant diminué ; il était de 60 millions en 2008. Sauf que dans les pays en guerre, ce chiffre est passé de 42 % à 50 %. 

 

« Elles sont là comme des vigies pour veiller sur les droits des femmes, l'idée est de les mettre en lien afin qu'elles travaillent toutes ensemble contre toutes les régressions », a souligné Mme Benguigui à Capbreton.

 

La Francophonie, ce sont 77 pays, répartis sur cinq continents, et 250 millions de francophones dans l'ensemble des pays membres de l'OIF.