Le format de lecture sans incidence sur la compréhension des étudiants

Julien Helmlinger - 28.05.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - Formats de lecture - Etudiants - Réussite scolaire


Peu importe le flacon... pourvu qu'on ait lu le livre. D'après une récente étude menée par des étudiants en doctorat de l'Indiana State University, les élèves sondés se seraient révélés autant capables de répondre aux questionnaires, selon qu'ils aient pris connaissance d'un ouvrage en format imprimé ou dématérialisé. Une enquête menée auprès d'un panel de plus de 200 interrogés, dont chaque moitié répondait à un test à partir de l'un ou l'autre support.

 

 

 Indiana State University

 

 

Comme le présente le chercheur Jim Johnson, notamment directeur du service des technologies de l'information au sein du Bayh College of Education : « Peu de gens ont fait beaucoup de recherches dans ce que j'étudie. La mienne lie directement la performance avec la perception des étudiants. »

 

Au fil de ses recherches, Johnson a examiné trois axes principaux. Celui de déterminer s'il existait des différences de résultats aux tests de lecture en fonction du type de format du livre étudié, mais aussi en fonction des sexes des lecteurs, ou encore en fonction de leur degré d'habitude en termes d'utilisation d'ordinateurs ou de tablettes. 

 

Et son verdict : peu importe le format, les habitudes numériques ou le sexe des sondés. Les hommes ont obtenu un score moyen de 12,87 sur 16, tandis que les femmes se sont vues octroyer une note moyenne un tantinet supérieure, de 13,60. Les élèves âgés de 21 ans, se situent en moyenne à 13,87 et les étudiants âgés de 25 ans et plus ont obtenu le score moyen de 13,5.

 

Pour ce qui concerne plus directement les appareils de lecture, les interrogés étaient 88 % à avoir déjà lu des livres sur ordinateurs, quand ils étaient 51 % sur tablettes et smartphones, et 36,1 % sur des téléphones mobiles. Si aucune différence qualificative significative n'a été relevée au moment des réponses aux tests, un membre du panel ne serait toutefois pas allé au bout de l'exercice, en prétextant des nausées dues à la lecture numérique.

 

En marge de ces tests de compréhension de lecture, les élèves ont mentionné leurs ressentis par rapport à l'usage du numérique dans le cadre de leurs études. Parmi leurs préoccupations à l'heure du numérique, la fatigue des yeux a été pointée, avec le prix élevé des manuels numériques, la durée de vie de batterie des appareils, ou encore la fiabilité des logiciels.

 

Via NDTV Gadgets.