Le Kindle DX perd le marché des étudiants, largement insatisfaits

Clément Solym - 27.05.2010

Patrimoine et éducation - A l'international - étudiants - marché - universitaire


Le Kindle DX vient de se faire tailler un costard pour la saison été-automne-hiver-printemps, après la campagne d'expérimentation menée sur des étudiants américains, rapporte le Seattle Times.

« Je ne l'aurais pas acheté de moi-même », conclut un élève, réaction à l'image de l'ensemble de cette campagne de sensibilisation au lecteur ebook. Car si Amazon attendait des retours honnêtes de ces mois de prêt, depuis l'automne 2009, il ne va vraiment pas être déçu.

Près de 80 % des étudiants qui ont pris part au programme avouent qu'il ne recommanderaient pas le Kindle DX pour leur scolarité - bien que 90 % l'aient apprécié pour son confort de lecture, à l'université de Virginie.

À Priceton et Portland, l'autonomie, les économies de papier et la légèreté ont conquis. Mais impossible de prendre des notes, de souligner facilement des passages ou de voir des graphiques en couleur. Zou, poubelle.

La fonction des marques-pages est bugguée, le lecteur est trop lent... « On ne lit pas un manuel scolaire comme un livre, il faut des retours rapides sur les pages », explique un autre. Et malgré son écran large de 10 pouces, le DX est loin d'avoir fait ses preuves. Bien au contraire.

C'est donc un marché énorme qui pourrait avoir échappé à Amazon, tant pour son appareil que pour les éditeurs qui proposent leurs ouvrages. À travers ce programme pilote, Amazon aura recueilli de précieuses informations d'utilisateurs, certes, comme le dit le porte-parole, mais pas vraient plus. D'autant qu'à prix égal - le Kindle coûte 489 $ - on trouve désormais l'iPad, pour 499 $. Pas photo. Et surtout pas de chance.

Le Kindle DX n'est alors qu'un gros Kindle qui n'apporte aucune solution aux besoins des étudiants. Et quand on passe sur un fichier PDF, cela devient littéralement infernal... Finalement, le DX est bien pour lire un roman. Mais il n'a rien de ce qui en ferait un outil utile pour les études.

Le papier vient aussi de mettre une claque au numérique - faute d'avoir sous la main des appareils en mesure de satisfaire aux exigences...