Le livre de prières de Marie Stuart, reine d’Écosse et de France, aux enchères

Nicolas Gary - 02.06.2020

Patrimoine et éducation - A l'international - Marie Stuart Ecosse - reine Ecosse Marie - livre prière Stuart


Voici un fameux pan d’histoire(s) que les férus d’ouvrages anciens découvrent. Le livre de prières de Marie Stuart, qui fut souveraine d’Écosse, puis de France, est mis aux enchères. Estimé entre 250 et 350.000 £ (280 à 395.000 €), l’ouvrage sera proposé chez Christie’s Londres ce 29 juillet.


 

Enluminé et décoré de plus d’une quarantaine de miniatures par le maître François de Rohan, l’ouvrage compte parmi les plus prisés. En effet, l’enlumineur était l’une des stars de la cour du roi François 1er. Et de surcroît, les ouvrages directement reliés à la reine Marie Stuart sont plutôt rares.

Le manuscrit avait été conçu pour Louise de Bourbon-Vendôme, à la tête de l’abbaye royale de Fontevraud, entre 1534 et 1575. Elle remit l’ouvrage à sa petite-nièce, Marie Stuart, quelque part entre 1558 et 1561, en gage de son affection. 

La reine d’Écosse avait déjà pris le pouvoir en France (du 10 juillet 1559 au 5 décembre 1560), et l’on retrouve cette adresse signée de sa main : « Puis que voules qu’issi me ramentoive en vos prieres et devotes oraisons/Je vous requiers premier qu’il vous soviene quele part avés en mes affections. »
 

Voyages, voyages


Le livre dut repartir avec elle en 1561 vers l’Écosse, et c’est au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle qu’il se retrouva dans la famille d’Edwards de Halifax. 

Pour Eugenio Donadoni, spécialiste des manuscrits médiévaux et de la Renaissance à Christie’s Londres, ce document est un bien précieux. « Il s’agit d’une rare occasion d’acquérir un livre de prières royal, richement illustré, et qui appartint à l’une des figures de l’histoire de l’Écosse et d’Europe, les plus intrigantes, Marie Stuart. »
 
Et bien entendu, le tragique destin que connut Marie Stuart, ayant inspiré tant la littérature que le cinéma ou la musique, en fait une figure historique majeure. Elle fut exécutée sur ordre indirect d’Elisabeth 1ère, aux plus fallacieux des prétextes. Mais quand on veut noyer son chien…


illustration © Christie's Images 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.