Le livre, outil pratique pour le maintien de l'ordre en classe ?

Nicolas Gary - 14.05.2015

Patrimoine et éducation - A l'international - élève agitation - livre sévices - classe ordre


Personne n'a oublié le tableau noir d'ardoise, et les craies multicolores qui peuplaient la petite gouttière juste en dessous. Pas plus que l'on n'oublie la première fois que l'enseignant, ulcéré, se retourne tel Lucky Luke et dégaine en direction d'un enfant dissipé, ledit petit bout de craie. Aux États-Unis, une épidémie s'abat. Mais ce sont des livres que l'on balance...

 

Man in pelvis cloth striking a blow, throwing a disk, heaving a 75-lb stone, throwing a ball (rbm-QP301M8-1887-523a~4)

Manuel de lancer de livre pour enseignant ulcéré (date incertaine)

Ashley Van Haeften, CC BY 2.0 

 

 

L'histoire se déroule à Santa Fe, au Nouveau-Mexique. Dans un établissement public, la professeure d'anglais fait étudier paisiblement sa classe. Et le drame survient : Infinity Sanchez-Vigil, une élève décrète qu'elle doit prendre son bus, qu'elle va le rater. L'enseignante s'agace, crie, et manifestement balance à la tête des élèves deux bouquins, dont l'un atteint celle qui devait partir.

 

Conséquence, l'élève file au bureau de la direction de l'établissement, pour signaler l'incident. Elle et sa mère signalent au Département d'éducation publique, ainsi qu'à la police locale ce qui s'est passé. Bien décidées à faire passer la leçon à l'enseignante. Si la petite reconnaît qu'elle n'a pas été blessée, une contusion, tout au plus, elle réclame la tête de sa prof, et sa démission. 

 

C'était le 6 mai dernier... Et hop, voici que le 13 mai, toujours dans cet établissement, le principal est accusé d'entrave à la justice. Simplement pour avoir omis de signaler à la police l'incident survenu deux semaines plus tôt.

 

D'ailleurs, il s'avère que les livres balancés étaient au format de poche... Et qu'elle en avait lancé trois, qui auront atteint deux élèves, en plus d'Infinity Sanchez-Vigil. Un petit 66 % de réussite, en somme.

 

La police est saisie, et les enquêteurs affirment que leur priorité est d'assurer la sécurité des jeunes, donc pas question de mettre cette histoire sous le tapis. L'enseignante se retrouve sous le coup différentes charges, passibles dans leur ensemble de 3 années de prison et 5000 $ d'amende. Notamment maltraitance sur enfant, n'ayant pas occasionné la mort. (via Albuquerque Journal)

 

Mais n'oublions pas la véritable tristesse de cette histoire : la jeune Sanchez-Vigil a raté son bus.