medias

Le manuscrit Alcools d'Apollinaire : quinze années d'écriture poétique

Victor De Sepausy - 24.05.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Apollinaire recueil alcools - manuscrit Alcool poésie - Apollinaire poète livre


Le recueil Alcools, paru en 1913 au Mercure de France, est le fruit d’une quinzaine d’années de travail et d’une longue maturation : Apollinaire a sélectionné soigneusement ses textes, parmi plus de 250 poèmes rédigés entre 1898 et 1913. Il y apporte des corrections jusqu’au dernier instant, changeant le titre – initialement Eau-de-Vie – et l’ordre, ajoutant « Zone » ou « Chantre », supprimant la ponctuation pour faire reposer le rythme sur la musique des mots.




 

Autour du premier jeu d’épreuves corrigées, nous avons réuni des fragments et des manuscrits qui illustrent des états d’avancement divers dans la composition des poèmes. Une immersion totale dans la généalogie de l’écriture, dans le chaos plein de vie, dans l’hétérogénéité point si désordonnée qu’il y paraît, d’Apollinaire.

 

Depuis toujours, Guillaume Apollinaire griffonne, prend des notes, rédige en prose ou en vers. Il est ici inspiré par son amour pour une Anglaise, là galvanisé par des voyages en Allemagne puis ensuite par sa liaison avec Marie Laurencin... En 1913 Apollinaire est loin d’être un inconnu. Publié dans des revues littéraires, conférencier et critique d’art, il est l’auteur inavoué du sulfureux Onze Mille Verges (1907) et L’Hérésiarque & Cie (1910) a obtenu quelques voix au prix Goncourt. 




 

Alcools, en hommage à l’ivresse symbolique, l’intensité de la poésie et la soif de vivre, est tiré à 500 exemplaires. 

L’accueil est contrasté : Apollinaire étonne et séduit à la fois. « Brocante », selon Georges Duhamel, qui souligne l’aspect hétéroclite du recueil, ou « miracle ingénu » pour Gide... Cette publication fait date. 
 

En littérature comme en art, Apollinaire fut un é(mer)veilleur


Des fragments, manuscrits et jeu d’épreuves corrigées assemblés (liste non exhaustive) proviennent de plusieurs fonds (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, Réserve des livres rares et fonds divers à la BNF, etc.) 

 

L’ouvrage, comme toujours, aux éditions des Saints Pères, est tiré à 1 000 exemplaires, numérotés. Le coffret est de belle envergure – 4,5 kg, pour 496 pages et 169 €. Nous en reparlerons très prochainement...