Le maori, langue officielle de la Nouvelle-Zélande avec l’anglais

Marie Lebert - 05.08.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Nouvelle Zélande - maori langue officielle - anglais langue


Langue officielle depuis 1987, le maori est la langue de la communauté polynésienne arrivée par bateau vers 1250, soit six siècles avant les débuts de la domination britannique en 1840. La communauté maorie représente 15 % de la population du pays en 2019. 


NLNZ CC BY-SA 4.0

 
Le nom maori du pays, Aotearoa -- qui signifie « pays du long nuage blanc » -- est utilisé aussi couramment que son nom anglais New Zealand.

La communauté maorie comprend près de 600.000 habitants (14,9 % de la population) sur les 4,2 millions d’habitants recensés en 2013. Sur ces 4,2 millions d’habitants, 74 % sont d’origine européenne, 11,8 % sont d’origine asiatique. 7,4 % sont originaires des îles du Pacifique et 2,9 % sont originaires d’autres contrées (Afrique, Amérique latine, Moyen-Orient, etc.).

Les résultats du recensement de 2018 seront publiés le 23 septembre 2019. Mais on sait d’ores et déjà que la Nouvelle-Zélande, pays de forte immigration, compte près de 5 millions d’habitants (4,974,600 habitants) en juillet 2019.

La langue maorie est parlée par 3,7 % de la population en 2013. Nombre de jeunes n’appartenant pas à la communauté maorie apprennent la langue. Ceci est un contraste frappant par rapport au passé, lorsque la législation néo-zélandaise interdisait le maori dans les écoles, sous forme parlée ou écrite. Les nombreuses injustices entraînées par la domination britannique de 1840 affectent non seulement la langue, mais aussi les terres maories, vendues ou confisquées, et la culture maorie, considérée à tort comme inférieure à la culture britannique, sans parler du racisme quotidien. 
 
Mais les choses changent à partir des années 1960. La Loi sur la langue maorie de 1987 élève enfin le maori au rang de langue nationale avec l’anglais, ce qui signifie que tous les documents administratifs officiels doivent être fournis aussi bien en maori qu’en anglais. Tous les services publics ont un nom bilingue et une signalisation bilingue, et doivent procurer un interprète aux personnes maories unilingues.

La langue des signes néo-zélandaise (New Zealand Sign Language - NZSL) devient la troisième langue officielle du pays en 2006. La loi de 2006 exige que la communauté sourde (20.200 habitants d’après le recensement de 2013) ait les mêmes droits d’accès que l’ensemble de la population aux services publics et aux informations dispensés par le gouvernement.

L’enseignement de la langue maori devient l’une des priorités du nouveau gouvernement en 2017, avec l’objectif ambitieux d’un million de locuteurs en 2040.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.