Le "mauvais procès" de Lorant Deutsch : réponses aux critiques

Clément Solym - 10.07.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Metronome - Lorant Deutsch - mauvais procès


Le Métronome s'est décidément mis dans une affaire dont il ne démordra pas de sitôt. Les critiques vont bon train et ne perdent pas leur souffle. Après le souhait d'Alexis Corbière, « conseiller de Paris proche de Jean-Luc Mélenchon et professeur d'histoire au lycée », ainsi que de plusieurs élus, de faire cesser toute promotion du livre de Lorant Deutsch, et l'agacement d'un certain nombre de spécialistes historiens, l'écrivain n'avait pas désiré, jusqu'à ce matin, répondre aux critiques lancées contre lui et son ouvrage.

  

 

 

Accusé d'avoir rédigé un document dont le contenu et erroné et « corrompu », auquel on lie aujourd'hui des querelles politiques, la polémique bat son plein. L'auteur avait déjà défendu ses positions en réaction à un article de notre actualitté, affirmant être « un amoureux de l'Histoire » qui ne fait pas de « prosélytisme », désirant seulement « arriver à vivre tous ensemble ».

 

Aujourd'hui, « surpris par les attaques des élus parisiens », Lorant Deutsch se défend et répond aux  questions du Parisien.  Il déplore clairement que les élus s'attaquent à lui, arguant « qu'il y a des choses plus importantes à faire pour des conseillers de la ville de Paris ». C'est alors le moment pour l'écrivain de revenir sur le départ de cette polémique qui « repose sur les propos d'un étudiant qui une vision de l'histoire différente de la mienne », remarque Lorant Deutsch.

 

L'objectif initial était pourtant simple : ne pas viser un livre de référence historique (« Je ne suis pas chercheur au CNRS, ni archéologue »), mais faire aimer Paris. Un pari qui semble réussi pour bon nombre de lecteurs qui préfèrent ne pas s'attacher aux idéologies dont on taxe Métronome. « Je l'avoue, je fais mon mea culpa, je n'ai pas cité toutes ces sources, et je le regrette », déclare Lorant Deutsch.

 

Métronome se compte donc parmi ce grand nombre d'ouvrages historiques très personnels, guidés par une position politique tout autant qu'une vision parfois maladroite des faits historiques. Le reproche n'est pas tant dans la publication d'un tel livre, mais bien dans la promotion qui a conduit à un faire un ouvrage de référence alors qu'il n'en est pas un. Une mise en garde, virulente certes, mais tout du moins critique, devait être faite.

 

Néanmoins, l'auteur pense que ces attaques ont une autre origine, puisqu'il « accepte la critique » et reconnaît ses approximations. « Parce que j'ai pu dire ici et là que j'avais des sympathies royalistes, on me fait un mauvais procès. Je n'ai jamais remis en cause la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ». Ni la laïcité. Je ne fais aucun prosélytisme. J'aime l'histoire, c'est tout. Robert Hue, par exemple, a dit aimer mon ouvrage. C'est bien un signe que mon livre n'a pas de couleur politique… Son seul but, c'est donner l'envie aux gens d'aimer l'histoire. »

 

Une réponse qui reprend donc des propos déjà énoncés, avec un mea culpa fatigué des critiques, et l'envie certaine de vouloir en finir avec cette accusation de « tricherie historique ».





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.