Inde : une crise violente dégénère, autour des manuels scolaires

Clément Solym - 07.07.2015

Patrimoine et éducation - A l'international - manuels scolaires - crise Inde - ministère Education


Une crise éditoriale frappe le monde du manuel scolaire en Inde. Le ministère de l’Éducation passerait pour une organisation particulièrement en proie à la corruption. Et dans l’État de Kerala, des affrontements entre forces de police et manifestants ont eu lieu, au mois de mars dernier. Ces derniers réclamaient la démission d’Adbu Rabb, responsable selon eux d’un retard dans l’impression des manuels scolaires.

 

Gangaikondacholapuram Temple Tamilnadu India

Nithi Anand, CC BY 2.0

 

Passer d’un retard des fournitures scolaires aux gaz lacrymogènes dans les rues, et aux affrontements violents, c’est tout de même rapide. Mais le problème semble bien se concrétiser au niveau ministériel. Un peu d’histoire semble cependant nécessaire...

 

En 1976, Kerala Books and Publishing Society est fondé, suite à une initiative gouvernementale. L’objectif est de disposer d’un acteur en mesure d’assurer les processus d’impressions de manuels et d’autres parutions gouvernementales. Le tout à des tarifs très bas. Sauf que rien ne se passe comme prévu et au cours des deux dernières années, et KBPS se retrouve dans une vilaine série d’impasses. 

 

Nombre de responsables politiques demandent alors que l’on agisse, et surtout que la responsabilité de la crise des manuels scolaires soit la seule faute de KBPS. La société avait en effet reçu une commande pour 25 millions d’ouvrages, l’an passé, avec une livraison pour 2015. 

 

L’impression n’a débuté qu’en février 2015, bien trop tard pour fournit les ouvrages, et depuis, le gouvernement se débat pour rattraper le temps perdu. Et voilà que l’on se met à chercher de nouveaux responsables. Rabb est mis en avant, accusé de n’avoir jamais fait parvenir la commande ferme, et l’opposition de gauche évoque des pots de vin, fournis par des imprimeurs privés, pour obtenir les contrats. 

 

En juin, la moitié des 25 millions d’exemplaires était imprimée – trop tard, l’année scolaire débute le 1er juin. Et la pénurie a débuté... provoquant au départ agacement, puis colères et revendications. Jusqu’à ce que les habitants descendent dans la rue. Le problème vient de ce que le prix des manuels a quadruplé : de 5 roupies pour les établissements, en passant par le modèle KBPS, on arriverait à 20 roupies avec les imprimeurs privés. 

 

 

La situation est devenue presque inextricable, même si le ministre de l’Éducation jure qu’avant le 20 juillet, les 4,3 millions de manuels manquants seront disponibles. La date d’examen, prévue pour le 9 septembre, a été ajournée, afin de gagner un peu de temps. Et encore, dans les écoles situées en zones à faibles revenus, sur les côtes, notamment, des écoles ne parviennent même pas à imprimer les documents envoyés numériquement. 

La crise s’installe, durablement... (via IBTimes, The Hindu)