Le patrimoine génétique déterminerait 62 % de la réussite scolaire

Julien Helmlinger - 09.10.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - Réussite scolaire - Patrimoine génétique - Apprentissage


Une récente étude britannique indique que près des deux tiers des résul­tats sco­laires, ou, du moins, des notes obtenues aux examens, 62 %, pour­raient être expli­qués par le patri­moine géné­tique des élèves. En revanche, selon les conclusions des chercheurs, l'influence de l'intelligence sur les per­for­mances sco­laires ne serait que de 13 %. En partant du principe que les corrélations observées soient pertinentes, il resterait encore à définir quels gènes seraient en cause.

 

DNA coin

ADN à 2 £, probablement recalé aux examens

CC by 2.0 par Anders Sandberg

 

 

L'enquête a été menée sur 13.306 jumeaux, âgés de 16 ans. Ceux-ci ont été évalués sur 83 points, allant de leur état de santé à leur épanouis­se­ment géné­ral, en pas­sant par leur inté­rêt pour les cours et leur capa­cité à tra­vailler dur. Il en ressort que 9 ensembles de caractéristiques (per­son­na­lité, effi­ca­cité per­son­nelle, bien-être, pro­blèmes com­por­te­men­taux...) ont été jugés en grande partie héréditaire pour la raison qu'ils étaient  plus sou­vent par­ta­gés par les jumeaux iden­tiques que non identiques.

 

D'après les résul­tats des chercheurs, l'on observerait une nette cor­ré­la­tion avec les notes des ado­les­cents aux GCSE, équi­va­lent au bre­vet des col­lèges outre-Manche. Ainsi, 62 % de la réus­site sco­laire, ou en tout cas des notes obte­nues aux exa­mens, pour­raient être attri­buées à ces fac­teurs géné­tiques. Et ce, sans lien avec l'intelligence dont l'influence sur les per­for­mances sco­laires ne serait que de 13 %.


Selon la psy­cho­logue Kaili Rimfeld du King's College de Londres, coauteure de l'étude : « Constater que la réussite scolaire est héréditaire ne signifie pas que les enseignants, les parents, ou les écoles ne sont pas importants. L'éducation représente plus que ce qui vient par nature à un enfant, passivement. Les enfants sont des participants actifs dans la sélection, la modification et le façonnage de leurs expériences. »

 

En conséquence de quoi il serait profitable de per­son­na­li­ser l'enseignement en fonc­tion de la per­son­na­lité des étudiants, à par­tir de pro­grammes infor­ma­tiques ou plutôt de tra­vaux manuels, par exemple. De précédentes études avaient déjà établi des liens entre hérédité et réussite scolaire. Cette fois, il s'agissait plutôt de comprendre pourquoi les deux éléments étaient liés, et en quoi. « Nos résultats soutiennent l'idée qu'une approche plus personnalisée de l'enseignement peut être plus porteuse de réussite qu'une approche globale. »

 

« Il est important de souligner que l'hérédité ne signifie pas que tout est gravé dans le marbre. Cela signifie simplement que les enfants diffèrent dans la manière dont ils trouvent l'apprentissage facile et agréable, et que bon nombre de ces différences sont influencées par la génétique », insiste Eva Krapohl, coauteure de l'étude. 

 

Si les chercheurs présentent le rôle du patrimoine génétique comme étant cru­cial dans la capa­cité scolaire, ils ne déterminent pas quels gènes sont à l'origine de per­for­mances accrues. L'étude est proposée à cette adresse.