medias

Le portail européen de l'open data est... ouvert

Clément Solym - 27.12.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - portail open data - Union européenne - données publiques


La collecte et la mise à disposition des données publiques par les gouvernements figure désormais parmi les priorités des militants de la transparence étatique et de la citoyenneté informée. Avec l'intensification de la couverture réseau, les européens entendent désormais accéder, réutiliser et collecter des données relatives à de nombreux sujets. Cette tâche sera désormais plus aisée grâce à l'ouverture d'un portail européen dédié, comme le rapporte The Next Web.

 


Les différents pays européens ont chacun fait un petit bout de chemin vers l'ouverture des données publiques, en ouvrant des portails nationaux comme data.gov.fr, ou data.gov.uk. Ces sites Internet proposent des « jeux de données » qui vont des informations météorologiques aux relevés géographiques, en passant par des bases de données comme celle de la Bibliothèque nationale de France.

 

Les informations sont publiées sous Open License/Licence ouverte, ce qui en autorise les réutilisations non commerciales, par exemple dans des applications, à la seule condition d'indiquer le nom du producteur et la date de la dernière mise à jour. Le portail européen, accessible à l'adresse open-data.europa.eu, et bien qu'en version beta, repose sur le même principe de mise à disposition publique.

 

Pour l'instant, l'essentiel des données provient de l'organisme statistique de l'Union européenne, Eurostat, qui propose par exemple un relevé de la production de déchets par secteur ou établit une carte de l'accès aux réseaux de communication. La section Culture et Éducation reste pour l'instant l'une des plus restreinte, avec quelques données relatives au programme Erasmus.

 

Le projet fait partie de la stratégie des données publiques pour l'Europe, pour lequel la Commission s'est engagée à verser près de 100 millions € : un investissement dont la rentabilité pourrait s'avérer élevée : 40 milliards € seraient générés par une ouverture massive vers les données publiques, que des mesures législatives auprès des administrations pourraient encourager.