Le premier guide des vins au monde, publié sous forme de poème

Marie Lebert - 27.04.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - guide des vins poème - La bataille des vins poème - La bataille des vins Henri d'Andeli


Sous le titre « La bataille des vins » et le sous-titre « Dit des vins de France », ce long poème de 204 vers est composé en 1224 par Henri d'Andeli pour juger des vins français de l'époque. Il est aujourd'hui considéré comme le premier guide des vins au monde.

 

 

 

Selon Wikipédia, notre bible des temps modernes, ce poème est la première tentative faite au Moyen Âge d'un classement des vins. Il est aussi un irremplaçable témoignage sur les vignobles français du début du XIIIe siècle.

 

Le poème « se déroule à la table du roi de France Philippe Auguste, qui a envoyé partout ses messagers rassembler les meilleurs vins blancs [le vin rouge se développe au XIVe siècle, NDLR] pour en établir la hiérarchie. Un prêtre anglois […] déguste les vins qui lui sont présentés, excommunie ou chasse à coups de bâton les mauvais vins. Ceux qui restent en lice ne tardent pas à se disputer la préséance et, dit le poète, ils en seraient venus aux mains si les vins avaient des mains. » 

 

Sur quelque 70 vins venant non seulement de France (58 vins), mais aussi de toute l'Europe (notamment de Chypre, d'Espagne et de la vallée de la Moselle), 49 vins sont célébrés à leur juste valeur (notamment ceux de Chablis, de Saint-Émilion et de Bordeaux, déjà...) et sept vins (dont on taira le nom ici) sont rejetés comme étant vraiment trop mauvais. 

 

Le gagnant est un vin doux de Chypre. Les spécialistes (actuels) du sujet pensent qu'il s'agirait du Commandaria, qui se déguste toujours en 2016. 

 

Ce premier guide des vins au monde marque son époque. Pendant tout le Moyen Âge, la France est le plus grand exportateur de vins au monde (ce qui est toujours le cas en 2016) et la région de Paris le plus grand vignoble de France (ce qui n'est plus le cas en 2016). 

 

Que sait-on de l'auteur de ce poème ? Henri d’Andeli est un clerc et écrivain français d’origine normande, qui « monte » ensuite dans la capitale pour exercer ses talents de clerc tout en écrivant des poèmes en vers octosyllabiques à rimes plates pendant ses heures de loisir. 

 

Outre « La Bataille des Vins », deux autres de ses poèmes franchissent les siècles. Le premier poème est « Le dit du chancelier Philippe », un éloge funèbre de 266 vers rédigé en 1236 en hommage à celui qui était non seulement le chancelier de Notre-Dame de Paris, mais aussi le protecteur de l’auteur. 

 

Le second poème est « La bataille des sept arts », un poème de 461 vers qui aurait été composé entre 1236 et 1250. Il s’agit d’un combat parodique entre Grammaire (soutenue par des auteurs classiques) et Logique (soutenue par Droit, Médecine et Théologie). 

 

Quant à « La bataille des vins », il faudra attendre plusieurs siècles pour que ce guide médiéval soit supplanté par d’autres guides, par exemple la Classification des vins publiée par le Moniteur Vinicole en 1856. 

 

Et enfin, pour terminer, ce scoop médiéval : la Normandie fut un pays de vignes (et de vin) avant de devenir un pays de pommiers (et de cidre).