Le Premier ministre japonais aime les mangas, mais sait-il lire ?

Clément Solym - 21.01.2009

Patrimoine et éducation - Scolarité France - premier - ministre - Japon


Il l'avait confirmé à plusieurs reprises, Taro Aso, premier ministre japonais est féru de mangas, et trouvait que le temps lui manquait pour en lire. Alors que les chiffres de popularité sont en berne pour lui actuellement, l'opposition en a profité pour demander de se soumettre à un test de lecture contenant des kanjis complexes, ces caractères nippons.

En plein débat portant sur le budget du pays, Hajime Ishii, membre du parti démocrate, présente un papier avec douze de ces fameux kanjis et interpelle le premier ministre, certain qu'il n'est pas en mesure de les lire devant l'assemblée correctement.

Or, à plusieurs reprises, le ministre a buté, au cours de discours officiels sur des caractères qui l'ont fait bafouiller, entraînant des railleries et des surnoms dans la blogosphère japonaise. À côté des kanjis, on trouve les deux alphabets syllabaires, hiraganas et katakanas, plus simples à décoder.

Si sur l'instant, le premier ministre n'a pas daigné répondre au défi de son opposant, il a simplement assuré, alors qu'on mettait en doute qu'il fut l'auteur d'un article publié fin 2008, essai plus important et long, qu'il avait bien été écrit de sa plume. « J'ai horreur de vous décevoir, mais j'en suis bel et bien l'auteur », a-t-il rétorqué, selon l'agence Reuters.