Le rectorat de Paris se félicite des affectations en seconde

Clément Solym - 11.07.2010

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - affectations - élèves - troisième


Le rectorat de Paris vient d’annoncer fièrement en avoir terminé avec succès concernant l’affectation des élèves de troisième en classe de seconde. La procédure, qui avait subi quelques aménagements par rapport à l’année dernière, a donné lieu à deux tours.

Durant le premier tour, 11.538 élèves ont obtenu une affectation définitive sur les 12.488 élèves de troisième qui demandaient à intégrer un lycée public général ou technologique à Paris pour la prochaine rentrée. Le second tour a permis de finaliser les affectations avec la formulation de nouveaux vœux par les familles.

Afin de répartir de façon plus égalitaire les élèves qui souffrent d’un handicap ou qui nécessitent des soins importants ont bénéficié d’une affectation d’office sur leur premier vœu formulé.


Parallèlement, les élèves boursiers ont été presque automatiquement affectés sur l’un de leurs trois premiers vœux. Si l’on s’intéresse à l’ensemble des prétendants, le rectorat de Paris relève que 87 % ont pu recevoir une affectation sur l’un des trois premiers vœux qu’ils avaient formulés. Tout paraît donc merveilleux au rectorat de Paris...Pourtant, en début d'année 2010, un parent d'élève avait obtenu 1500 euros de dédommagements suite à la remise en cause de l'affectation proposée...

Et il reste encore un peu de place pour les derniers arrivants, qui s’installeront sur la capitale pendant cet été. Ils bénéficieront d’une affectation sur l’établissement correspondant à leur district.

Dans la circulaire de rentrée 2010, publiée en mars dernier, le ministère de l’Education a réaffirmé ses priorités pour cette nouvelle année scolaire. Avec la mise en place de la réforme de la classe de seconde, l’accompagnement personnalisé se verra renforcé et une aide plus importante à l’orientation sera apportée aux élèves.

Reste à voir comment tout cela se mettra réellement en application dans chaque établissement avec des moyens humains qui sont encore revus nettement à la baisse pour la prochaine rentrée…