Le revolver de Verlaine vendu 434 500 euros aux enchères

Antoine Oury - 01.12.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Verlaine revolver Rimbaud - pistolet Verlaine enchères - Arthur Rimbaud Christie's


La vente aux enchères était particulièrement attendue : le revolver avec lequel Paul Verlaine avait blessé Arthur Rimbaud le 10 juillet 1873 était proposé à la vente hier soir chez Christie's. L'arme historique a été adjugée 434.500 € à un acheteur anonyme.

 

Le fameux revolver de Verlaine (capture d'écran d'une vidéo de l'AFP)

 

 

Aucun coup n'est parti hier soir, mais le revolver Lefaucheux, lui, s'est envolé chez Christie's : estimée entre 50.000 et 60.000 €, l'arme aura finalement atteint les 435.000 €, une enchère proposée par téléphone. La ville natale de Rimbaud, Charleville-Mézières, a tenté d'acheter l'arme, rapporte l'AFP, mais n'a pas pu tenir la distance.

 

Difficile de trouver un symbole plus romantique de la passion amoureuse que ce revolver 7 millimètres acheté par Paul Verlaine le matin du 10 novembre à Bruxelles. Quelques heures plus tard, dans une chambre d'un hôtel de la rue des Brasseurs, une dispute éclate entre les deux poètes, en présence de la mère de Verlaine. Le ton monte et Verlaine tire à deux reprises, après avoir lâché cette fameuse réplique : « Voilà pour toi puisque tu pars  ! »

 

Arthur Rimbaud est touché au-dessus du poignet, tandis que la seconde balle termine sa course dans le parquet. Les deux hommes et la mère de Verlaine se rendent à l'hôpital où Rimbaud est rapidement pris en charge. Mais, à peine sorti de l'établissement, Verlaine menace à nouveau Rimbaud, qui réclame le secours de la police.

 

Verlaine est condamné à deux ans de prison, qu'il passe à Bruxelles, puis à Mons : au cours des 555 jours de sa détention, il écrira le recueil Cellulairement, tandis que Rimbaud travaille à Une saison en enfer.

 

 

Le motif de la dispute était évidemment sentimental : Paul Verlaine souhaitait retrouver sa femme Mathilde, qu'il avait épousée en 1870. Un an plus tard, il rencontrait Rimbaud, de 10 ans son cadet. Verlaine venait de partir pour Bruxelles afin de s'éloigner de Rimbaud, mais celui-ci l'avait suivi pour lui annoncer qu'il songeait à s'engager dans l'armée. Désespéré, songeant au suicide, Verlaine était littéralement au bout du rouleau.

 

Paul Verlaine sortira de prison en janvier 1875, et sa réconciliation avec Mathilde fera long feu. Il retrouvera Rimbaud à Stuttgart, pour deux jours au cours desquels, « reniant son dieu », il fera le deuil de leur amour. Arthur Rimbaud lui confiera le manuscrit des Illuminations, que Verlaine publiera l'année suivante.

 

Une pièce historique en sommeil depuis des années

 

Comme souvent avec ce genre d'artefact, le revolver de Verlaine était en possession d'un particulier qui ignorait tout, ou presque, de sa valeur. Jacques Ruth, huissier de justice belge et amateur d'armes à feu, avait acheté l'arme en 1981, à la fermeture de l'armurerie où Verlaine se l'était procuré.

 

C'est le film Rimbaud Verlaine, d'Agnieszka Holland, avec Leonardo DiCaprio en Arthur Rimbaud et David Thewlis en Paul Verlaine, qui met la puce à l'oreille de Jacques Ruth : il contacte un conservateur de la Bibliothèque royale de Belgique, Bernard Bousmanne, pour lui faire part de l'objet historique qu'il a en sa possession.

 

À lire aussi : Arthur Rimbaud : poète, mais aussi photographe

 

« J'ai cru à une plaisanterie. Mais tous les éléments correspondaient, le modèle, la date et le lieu de fabrication. Nous avons même demandé des expertises balistiques à l'École royale militaire de Bruxelles. Elles ont été concluantes », a expliqué, encore incrédule, le conservateur aux médias belges...