Le Roukhnama ne sera plus enseigné dans les écoles turkmènes

Clément Solym - 26.04.2011

Patrimoine et éducation - A l'international - roukhama - niazov - président


Au Turkménistan, les élèves viennent de découvrir qu'une modification notable de leurs programmes scolaires vient d'avoir lieu. En effet, jusqu'à présent, un livre relatant les pensées du président Saparmourat Niazov, comptait parmi les oeuvres à étudier.

Mais plus maintenant, explique un employé du ministère de l'Éducation nationale, auprès de l'AFP. Une nouvelle d'envergure, puisque le livre servait de socle commun à tous.

« Cette année, les lycéens de terminale passeront à la place du Roukhnama cinq examens : technologie de l'informatique, conception de la société, mathématiques, biologie, dissertation et littérature russe », précise l'employé, sous couvert d'anonymat.

Le Roukhama, l'ouvrage en question, avait également donné son nom au mois de septembre, et pour ajouter à la mégalomanie du personnage, un exemplaire était parti dans l'espace pour tourner en orbite autour de la planète.

Le président (à vie), qui s'était fait lui-même rebaptiser chef de tous les Turkmènes, avait défini son livre en expliquant que « celui qui lit trois fois le Roukhnama enrichit sa spiritualité, devient plus intelligent, fait la différence entre le bien et le mal, prend conscience de la providence divine et va directement au paradis ».

N'en jetez plus.

Il aura tout de même fallu attendre l'arrivée au pouvoir de Gourbangouly Berdymoukhamedov, lors des élections de 2006, pour que le pays commence à retourne un peu plus à l'endroit, avec la suppression de certaines mesures loufoques prises par son prédécesseur.