Le samouraï, guerrier aux “forces surnaturelles” : un texte du XVIIe décrypté

Victor De Sepausy - 25.06.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - sabre samourai - leçons combat - guerrier surnaturel


Une équipe de chercheurs a déchiffré un manuscrit japonais, datant du XVIIe siècle, intitulé Les douze règles de l’épée. Ce dernier révèle les secrets du combat au sabre de samouraï. Il décrit également une technique qui confère au guerrier des forces surnaturelles. Rien que cela…

Samurai Warrior outside Sensō-ji Temple
Don Kelloway- CC BY ND 2.0
 

Autour d’un certain Ito Ittōsai, samouraï qui serait né vers 1560, et selon la légende, n’aurait jamais perdu un combat, les rumeurs courent. Selon les scientifiques, il aurait pu vivre jusqu’à plus de 90 ans. Il n’est pas l’auteur directement de ces règles : son enseignement n’est jamais passé à ses élèves que par l’oral. 

Pourtant, près de cent ans après sa mort, les descendants des disciples ainsi formés ont pris le temps de les consigner pour en faire un ouvrage. Et le texte qui contient deux formes de prières magiques est particulièrement délicat à saisir pour les lecteurs modernes.

Il semblerait que le soldat samouraï ait à inscrire sur sa main quelques caractères sacrés, y compris un personnage qui représente un Oni, les démons dans la mythologie japonaise. Mains jointes, le samuraï fait ensuite pivoter ses paumes, récite son texte liturgique et doit lâcher le son UN bien fort, avant de claquer des mains et de les frotter l’une contre l’autre.

D’autres sont des conseils pour l’affrontement : comme de ne pas regarder l’adversaire avec les yeux, mais avec l’esprit. Parce que les premiers peuvent être distraits, le second restera en revanche concentré. Habile. Cette technique s’appelle les yeux du cœur dans la traduction qu’Eric Shahan, traducteur spécialisé dans les textes d’arts martiaux, a publiée.



 
« À l’époque, il a pu sembler à un observateur que quelqu’un qui maîtrisait cette technique avait des pouvoirs surnaturels », indique le traducteur à Live Sciences. L’explication serait plus simple : les réactions viendraient plus rapidement, si l’on se sert d’une vision périphérique et non d’une focale. Regarder directement le sabre d’un adversaire n’est pas la meilleure des approches.

Ces rituels magiques devaient alors exercer une forme d’autohypnose sur les combattants — ou une méditation profonde. Mais la plupart des conseils prodigués portent bel et bien sur des méthodes de combat très pratiques. Comme le « cœur de renard », qui met en garde contre l’excès de prudence. Méfiant, le renard arrête régulièrement ses courses pour assurer ses arrières : une paranoïa qui, en cas d’attaque, peut être fatale.

Tout doute doit disparaître…

L’entraînement prodigué par Ito Ittōsai a été transmis sur des générations, et la pratique du sabre était quotidienne, de sorte que les techniques et méthodes finissaient par être ancrées dans le corps des disciples.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.