Le surréalisme hispanique à découvrir avec des numérisations de revues historiques

Antoine Oury - 26.05.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - surréalisme hispanique - archives surréalisme - journaux surréalistes Espagne Argentine Chili


Dalí, Buñuel, Joan Miró, Octavio Paz... Les sonorités hispaniques s'accordent bien avec le mouvement surréaliste, si bien qu'André Breton ou Antonin Artaud voyaient dans l'Amérique du Sud une sorte d'El Dorado de la création libérée. Des archives numérisées par l'Université de Madrid permettent de se replonger dans cette époque d'effervescence créative entre Espagne, Argentine et Chili.

 

 

 

L'université autonome de Madrid a réalisé un travail de numérisation de plusieurs revues consacrées au surréalisme, fournissant un panorama assez riche du mouvement hispanique et de ses relations avec les artistes français, notamment. 

 

Évidemment, ces revues sont très riches en manifestes, un des modes d'expression favoris des surréalistes, mais on y trouvera aussi des études critiques, des reportages, de la poésie, des entretiens... Si bien que les revues surréalistes se conforment assez fortement à l'idée que l'on se fait d'un magazine...

 

La plupart des revues sont plutôt courtes, comme Qué, d'Argentine, qui comporte quelques pages à peine et n'aura vécu que deux numéros. Mais l'on retrouvera aussi des publications plus conséquentes, comme Cero, également d'Argentine, ou A partir de cero, au format plutôt atypique.

 

Les chercheurs à l'origine de ces précieuses numérisations sont Eduardo Becerra (université autonome de Madrid), Armando Minguzzi (université de Moreno et université de Buenos Aires), Belén Castro Morales (université de La Laguna), Eva Valcarcel (université de Coruña), Raquel Arias (université autonome de Madrid), Jose Teruel (université autonome de Madrid), Patricia Martínez (université autonome de Madrid) et Claudia Montero (Center for Latin American Cultural Studies à l'Université du Chili).

 

On retrouvera les revues Qué, Ciclo, Cero et A partir de cero, en provenance d'Argentine, Mandrágora et Leit Motiv, du Chili, et le Boletín Internacional del SurrealismoLa Cerbatana, Postismo et quelques numéros spéciaux de la Gaceta de Arte, d'Espagne, dans ces archives de l'université autonome de Madrid.

 

Les archives s'étendent de 1928 à 1967.

 

 

via Open Culture