Le trésor de Nabuchodonosor II : un cylindre en argile aux enchères

Antoine Oury - 03.04.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Nabuchodonosor - cylindre - argile


Le cylindre qui sera vendu le 9 avril prochain par la maison Doyle, à New York, est une pièce extrêmement rare et, qui plus est, fragile. Le commissaire-priseur prévoit d'abattre son marteau lorsque la mise atteindra, au minimum, 500.000 $, pour acquérir ce cylindre d'argile, vraisemblablement produit aux alentours de 600 avant notre ère. 

 

La fameux cylindre, visiblement produit autour de 600 av. J.C. (via Doyle)

 

 

Les inscriptions cunéiformes sur le cylindre content le chantier de reconstruction du temple de Shamash par Nabuchodonosor II. Issu de la 11e dynastie des rois babyloniens, ce dernier a régné sur une période qui s'étend 605 à 562 av. J.-C., et est présenté comme « Nabuchodonosor, Roi de Babylone, le Sage, le Pourvoyeur, Favori de Marduk, Sakkanakku des terres de Sumer et d'Akkad » par l'auteur du cylindre.

 

Les reconstructions de temps permettaient alors aux rois en début de règne de marquer leur respect aux dieux, et les faits architecturaux étaient soigneusement archivés, aux cas où les dieux aient la mémoire courte. Le texte, sur deux colonnes, établit donc l'inventaire des dégradations, et la façon dont le grand Nabuchodonosor, et surtout sa petite main-d'oeuvre, réhabilitait le tout.

 

« O Ninkarrak, Maîtresse Exaltée, pose un oeil bienveillant sur le fruit de mon travail. Puissent mes actes de dévotion être rapportés par votre bouche miséricordieuse. Accorde-moi une longue vie, beaucoup de descendants, bonne santé, et un coeur empli d'allégresse. Puisses-tu présenter sous de bons augures mes demandes devant Samas et Marduk; parle en mon nom », a traduit la maison de vente aux enchères.

 

Le cylindre mesure un peu plus de 20 centimètres, ce qui en fait un des plus grands à avoir survécu jusqu'à nous.

 

(via The Guardian)