Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les brouillons et manuscrits de Howl d'Allen Ginsberg entièrement numérisés

Antoine Oury - 07.06.2017

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Howl Allen Ginsberg - Allen Ginsberg poème - manuscrit Howl


Il s'agit sans aucun doute d'un des textes les plus célèbres de la Beat Generation, avec La route de Kerouac et les romans de William Burroughs : le poème épique Howl, écrit par Allen Ginsberg dès le mois d'août 2015, a été numérisé, dans ses différentes versions, par les bibliothèques de l'université Stanford. Une ressource très précieuse pour réaliser l'immense travail derrière ce texte.

 

Capture d'écran de la numérisation de Stanford (© Allen Ginsberg Estate)
 
 

En collaboration avec l'Allen Ginsberg Estate, qui gère l'héritage et les œuvres du poète disparu en 1997, les bibliothèques de Stanford ont fait fort en numérisant tous les brouillons liés au poème épique Howl, qui s'étend, dans sa version initiale, sur 7 pages. Ginsberg l'avait écrit en août 1955, dans son appartement de Montgomery Street, à San Francisco.

 

Dédié à Carl Solomon, un des hommes de l'ombre de la Beat Generation, qui inspira Allen Ginsberg par son comportement radical et passionné, ce long poème réunit tous les éléments qui feront la poésie de Ginsberg. Critique de l'Amérique conservatrice, évocations d'expériences sexuelles, cognitives (grâce aux drogues) et spirituelles, références autobiographiques et aux acteurs de la Beat Generation... 

 

Howl inaugure aussi, même si ses brouillons sont devenus aussi cultes que le poème, un attachement particulier de Ginsberg pour la performance et la récitation poétique, une pratique qu'il n'abandonnera jamais par la suite. Ses lectures de Howl restent légendaires et inimitables...


 

La première lecture de Howl survient d'ailleurs avant que le poème ne soit terminé : en octobre, Ginsberg scande la première partie du poème à la Six Gallery de San Francisco, au 3119 Fillmore Street, en présence de Neal Cassady, Gregory Corso et Jack Kerouac, qui racontera la soirée dans Les Clochards célestes. Ginsberg ajoutera ensuite trois autres parties, la dernière sous l'intitulé « Footnote ». Les brouillons permettent de constater que la deuxième partie du poème, par exemple, a été écrite à la main sous la première, tapée à la machine.

 

La suite est connue comme une célèbre histoire de la littérature : en 1956, la librairie et maison d'édition indépendante de Lawrence Ferlinghetti, City Lights Books, publie le texte intégral de Howl, créant la notoriété de Ginsberg. Quelques mois plus tard, Shig Murao, directeur et copropriétaire de la librairie, vend un exemplaire, sans le savoir, à un inspecteur en civil. Le procès pour obscénité de Howl est lancé.
 

10 choses que vous ignorez sur la Beat Generation

 

Le procès intenté par la ville de San Francisco dura du 16 août au 3 septembre 1957, visant Lawrence Ferlinghetti et Shig Murao : les deux furent innocentés grâce aux témoignages de nombreux professeurs et spécialistes, et le juge conclut que Howl n'était pas obscène. De nombreux textes Beat ont pu profiter de cette jurisprudence pour leur propre publication...

 

Les brouillons de Howl peuvent être trouvés sur le site des Stanford Libraries, ou ci-dessous, même si le lecteur proposé n'est pas très pratique.