Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les Émirats arabes unis financent la construction de 10 bibliothèques en Algérie

Laurène Bertelle - 10.05.2017

Patrimoine et éducation - A l'international - Fatima Gholam mort bibliotheque - Emirats arabes unis bibliothèque algérie - Arab Reading Challenge Dubai


En l’honneur de Fatima Gholam, adolescente décédée alors qu’elle se rendait au Arab Reading Challenge, les Emirats arabes unis vont financer 10 bibliothèques en Algérie. Une approche culturelle qui poursuit les orientations décidées par le pays en novembre 2016. 


Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum - World Economic Forum Summit on the Global Agenda 2008

(Sheikh Mohammed Bin Rashid Al Baktoum en 2008, World Economic Forum, CC BY-NC-SA 2.0)

 

Fatima Gholam, âgée de 17 ans, avait trouvé la mort dans un accident de voiture, alors qu’elle effectuait un voyage de 18 heures pour parcourir les 1500 km qui la séparaient des épreuves qualificatives du concours international de lecture « Arab Reading Challenge ».
 

La jeune adolescente, surnommée la « martyre de la connaissance » par le journal gouvernemental émirati The National, est vite devenue un symbole et un modèle pour les adolescents qui se battent pour accéder à la connaissance malgré des conditions de vie difficile.
 

Les enjeux de la Loi Lecture adoptée aux Emirats arabes unis, projet colossal
 

Afin d’honorer la mémoire de la jeune fille, les Emirats arabes unis ont décidé de financer la construction de 10 bibliothèques en Algérie qui porteront son nom. L'initiative a été lancée par Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, émir de Dubaï mais aussi vice-président et premier ministre des Emirats arabes unis. La première bibliothèque sera construite à Adrar et mettra plus de 3000 livres à disposition des 545 élèves du lycée Belkin II.
 

« Cet accident, avec toute la peine de la perte qu’il a provoquée, est devenu un rayon de lumière et d’espoir pour des milliers d’étudiants de gagner en connaissance, et qui immortalisera le nom de Fatima Gholam dans la mémoire moderne de l’Algérie », explique Najla Al Shamsi, secrétaire générale du concours.



 

Le Arab Reading Challenge, organisé à Dubaï, a été lancé l’année dernière par le Premier ministre. Lors de sa première édition, il avait réuni quelque 3,59 millions de participants, issus de 21 pays et de 54 nationalités différentes, qui avaient lu pas moins de 150 millions de livres selon le journal TSA.