Les expressions de Noël 3 : Faire la grasse matinée

Clément Solym - 27.12.2007

Patrimoine et éducation - Scolarité France - expression - faire - grasse


Ah les fêtes de fin d’année ! Cette débauche de victuailles, de boissons, de joie, de cadeaux, de bonnes résolutions… moi tout ça, ça m’a épuisé. Et je pose la question quand trouve-t-on le temps de se reposer ? Heureusement le 25 décembre et le 1er janvier, on peut tous faire la grasse matinée.

Enfin tous non. Figurez-vous que l’autre jour, nous buvions à la naissance du Christ et alors que je tentais d’expliquer à Nicolas que oui, j’étais rond comme une barrique, mais que non, ça ne signifiait pas que j’étais ivre mais plutôt rassasié par la bonne chère qu’il eu l’heur de nous offrir, il se fendit d’un sourire carnassier et me dit :

- Oh mais on dirait qu qu que tu te débrailles… débrouilles (Burp) bien ‘vec les espressions. Ben je vais te faire un cadeau, tu feras celle de mercredi, na !
- Mais Nicolas, c’est jeudi le jour de l’expression.
- Ouaip… eh ben je la veux pour mercredi matin 7h00 sur mon bureau. Non même je la veux pour mardi midi sur ma boîte mail, re Na ! Tiens takka faire qui fait le malin tombe dans le ravin ! »

Et il partit de son rire sardonique le plus aviné chercher quelqu’un d’autre à martyriser. Pauvre Clément, je n’ose pas imaginer ce qu’il lui a fait, mais lui non plus n’a pas eu droit à sa grasse matinée. Pour montrer ma protestation et ma frustration, je n’expliquerai pas l’expression qui fait le malin tombe dans le ravin mais, faire la grasse matinée. Ainsi si je ne puis la faire une fois, au moins pourrai-je l’écrire quelques fois.

Tout d’abord il faut tordre le coup à cette idée qui est de croire que l’on fait du gras en restant au lit. Non, mais !

L’expression n’est pas si récente que l’on pourrait le croire, et l’usage est encore plus ancien, me souffle à l'oreille Claude Duneton. Sa forme primaire, dormir la grande matinée remonte au XIVe siècle. Ensuite apparaît, vers le XVe siècle, la notion de crastine qui signifiait « lendemain de fête ». La racine du mot, cras, vient du latin crassus, qui signifie épais (on tira de la même racine grassus, gras ). Ainsi dans le cras de la matinée, il faut voir l’épaisseur de la matinée en termes de durée. On dormait donc durant toute l’épaisseur de la matinée. L’amalgame qui se fit par la suite entre cras et gras, coule de source. Et on en vint tout naturellement à dire que l’on dormait la grasse matinée.

C’est au XIXe siècle que l’expression telle que nous la connaissons, apparut. Maintenant il est intéressant de se pencher sur la différence entre dormir et faire. En effet, faire la grasse matinée suppose que l’on reste en éveil mais que l’on flâne au lit. L’époque où l’expression est apparue sous sa forme finale est une époque plutôt prospère, où les chambres individuelles se développèrent (eh oui, avant on dormait plutôt dans des chambres communes), et où l’on pouvait se permettre de traînasser dans son lit pour rêver ou lire à son aise. Et quel ravissement, hors du temps, de se dire que l’on est là à vaquer à ce que notre cœur nous dicte en prenant le temps, alors que dehors la fourmilière humaine s’agite à un rythme effréné.

Enfin, me voilà sur la fin de cet article, j’ai assez œuvré pour l’heure. Alors je vais m’octroyer, Ô suprême délice, encore condamné par notre société (et c’est pour ça que c’est si bon), une bonne grasse après midi.

Pour approfondir

Editeur : Le Manuscrit
Genre : Évaluation en...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782304033625

L'évaluation des élèves ; actes du colloque organisé par l'Iréa

Après le colloque " Evaluer l'évaluation " qui s'est tenu en novembre 2008, l'Iréa a poursuivi ses recherches sur la pratique de l'évaluation au sein de l'éducation. Cet ouvrage s'inscrit dans une actualité vive avec, en particulier, la mise en place des évaluations organisées à l'école primaire. Bien loin d'une évaluation formative, devant favoriser les progrès des élèves et faisant partie de leur formation, le système actuel connaît une inflation d'examens. Autour de quatre tables rondes, une douzaine d'intervenants

J'achète ce livre grand format à 19.90 €