Les fascicules de Darcos, pas la solution miracle, selon le SNE

Clément Solym - 16.09.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - fascicules - SNE - manuels


Les fascicules de Xavier Darcos, c'est une idée qui a germé sur France 2, lors du passage du ministre de l'Éducation nationale : « Je veux que les livres scolaires désormais se fassent par fascicules », déclarait-il, et ce, pour alléger le poids des cartables.

Et dans le monde de l'édition, incarné en grande partie par le SNE, on est pour le moins pris de court par cette idée. « Alors que les éditeurs travaillent sur différentes solutions pour contribuer à l'allégement des cartables [...], les annonces du ministre sur d'éventuels fascicules labellisés les ont pour le moins surpris », explique-t-on dans un communiqué. Pour le SNE, cette proposition va coûter cher à tout le monde, et ne représente pas « la solution miracle ».

Et « la série supplémentaire », alors ?

« J'ai demandé aux éditeurs scolaires d'y penser, ils m'ont fait mille objections, eh bien je le répète, je veux que les livres scolaires se fassent désormais par fascicules », insistait cependant le ministre. Mais le Syndicat envisage une solution alternative moins coûteuse, « la plus facilement applicable et la plus efficace à court terme pour alléger le poids des cartables » serait « la série supplémentaire ». En fait, il s'agit de livres qui resteraient au collège et d'autres qui seront au domicile des enfants.

Si cela représente selon les chiffres donnés par le SNE, 20 à 30 % de livres scolaires en plus, ces derniers seraient utilisables par plusieurs classes au sein du même établissement. D'ailleurs, cette alternative existe déjà pour des classes de 6e et 5e dans l'Oise, les Hauts de Seine ou les Bouches-du-Rhône.

Rappelons que pour la rentrée 2009, l'État paiera 45 millions d'euros pour renouveler le stock de manuels scolaires de 6e, suite aux changements de programme pour ces classes.