Les Fleurs du Mal : une strophe inédite de Baudelaire découverte

Nicolas Gary - 02.11.2019

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Fleurs mal Baudelaire - strophe inédite poème - manuscrit Baduelaire


À peine identifiée, tout de suite mise en vente, ou presque. Dans le poème Les Bijoux, qui fut censuré en 1861 suite au procès pour outrage aux bonnes mœurs, on comptait huit quatrains. Une femme nue, parée de bijoux uniquement… Et semble-t-il, une strophe inédite avait été ajoutée de la main du poète.


 

Charles Baudelaire signa le contrat de publication des Fleurs du mal, le 30 décembre 1856, avec Auguste Poulet-Malassis. Le recueil de poèmes est publié en 1857 et fait rapidement l’objet d’un scandale. Six poèmes jugés immoraux sont censurés — l’édition évoquée ci-dessous comprend les six poèmes. Et une petite surprise.
 
C’est dans un exemplaire de l’édition originale, parue en 1857, que l’on découvre l’existence d’un quatrain jusqu’à lors inconnu. Yves Le Dantec, spécialiste du poète, avait évoqué son existence ainsi que des variantes, dans les notes de l’édition de la Pléiade de 1961. 

Cet exemplaire, dont le propriétaire avait refusé qu’il permette d’ajouter une strophe dans le texte de Baudelaire, était particulièrement convoité. Dans un courrier du 20 février 1960, Le Dantec écrit pourtant : « Je n’ai pas besoin d’insister auprès de vous sur l’intérêt primordial que représente cette découverte d’une strophe inédite du grand poète. » 



 
Et je fus plein alors de cette Vérité :
Que le meilleur trésor que Dieu garde au Génie
Est de connaître à fond la terrestre Beauté
Pour en faire jaillir le Rythme et l’harmonie.


 
Le poète avait également apporté plusieurs corrections orthographiques — quatre en tout — qui étaient déjà connues de bibliographes. Le livre en question fut originellement dédicacé par Baudelaire à Gaston de Saint-Valry, critique littéraire et journaliste. Avec l’éditeur, Auguste Poulet-Malassis, il participa à la refonte du Journal d’Alençon. 
 
Vendredi 22 novembre, la maison Art Valorem, sous le marteau de Maître Myrtille Dumonteil, proposera aux enchères à Drouot un exemplaire unique de l’édition originale des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire (1821-1867). En feuilletant le précieux exemplaire, le lecteur découvrira page 53, à la suite du poème Les Bijoux, une neuvième strophe manuscrite inédite, ajoutée de la main du poète.

L’ouvrage est estimé entre 60 et 80.000 €


Dossier : Charles Baudelaire, en vers, et contre tout


Commentaires
Très touchante découverte. Pour ma part, je rêverais qu'on retrouve les lettres de Madame de Grignan à Madame de Sévigné. Mais elles ne sont plus, hélas...
Belle découverte, courage contre tout
N'importe quoi, ça saute aux yeux que c'est pas de lui, c'est piètrement écrit et sans musique. Tout est médiocre et mou dans ce poème, c'est un cave qui nous a pondu ça. Mais c'est un cave malin qui vend son bout de texte 80 000 €.
C'est moi, hihi!
Hahaha en plus de ne pas être de qualité, ce n'est même pas son écriture ! Comme si Charles faisait des poèmes à 9 quatrains, en plus, ça n'a pas de sens...
Fantastique découverte.
Il y a 13 pids dans le second "alexandrin" cheese
13 pieds.
Le poète de génie qui avait trouvé que le 2ème alexandrin avait 13 pieds ne sait même pas distinguer entre une diérèse et une synérèse !...
ridicule… surtout l'usage excessif de majuscules dans ce quatrain… une falsification probable !

la poésie des "retouches" et du haut spectacle des salle des ventes à faire croire que Baudelaire pouvait conclure son poème en mettant "Beauté, Vérité, Dieu, Rythme & Génie" avec des majuscules… c'est insupportable à lire… et totalement hors contexte !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.