Les gens de Seine : voyage sonore et historique dans le Paris du XVIIIe siècle

Clément Solym - 21.07.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - gens Seine métiers - profession histoire capitale - métiers activités seine Paris


Les bords de Seine, au XVIIIe siècle, regorgent de mystères et de découvertes à faire. Une plongée dans l’histoire que des chercheurs du CNRS ont mise en scène, à travers une balade sonore. Gens de la Seine est un parcours autour des rives du fleuve qui scinde la capitale, qui s’appuie sur ces Parisiens de l’époque, en leur redonnant une voix. Un voyage sonore dans le passé proposé sur un site dédié. 

 

 

La Seine... on y faisait en ce temps ses emplettes, ou l’on lavait le linge. Les tripiers nettoyaient leurs abats tandis que les blanchisseurs et autres pouvaient y laver les vêtements. On se baignait aussi dans son eau, on la buvait, on s'y noyait parfois parce qu'à l'époque très peu de Parisiens savaient nager.

 

Une histoire du quotidien de ces gens, parfois très simples, qui s’opère avec 19 récits redonnant vie aux personnages. Les voituriers du port Saint-Paul, le gouverneur de la pompe de la Samaritaine, la vendeuse de billets de loterie du quai des Grands Augustins, la blanchisseuse sur son bateau à lessives... Le promeneur du XXIe siècle pourra mettre ses pas dans ceux des riverains d'alors, imaginer leur quotidien, les entendre, et presque les apercevoir. 

 

Et si les bouquinistes ne furent acceptés que plus tardivement, on en trouve cependant trace. Ainsi, dans le récit de la veuve Marchand, vendeuse de loterie. « Aujourd’hui, seuls les bouquinistes autorisés au XIXe siècle font de la Seine le seul fleuve bordé de livres. »

 

Sur les traces des passants d'antan

 

Il y aura l'émotion, le plaisir de rencontrer ces Parisiens d'autrefois, mais cette balade sonore est aussi un moyen d'apprendre de l'histoire et de comprendre comment la Seine s'est transformée, perdant peu à peu son rôle essentiel dans la vie de la capitale. 

 

En effet, Gens de la Seine met à la disposition de tous, de façon ludique et plaisante, les recherches historiques les plus savantes. Il est fondé sur une histoire sociale soucieuse de redonner la parole aux petites gens dont on retrouve les traces, au terme d'années d'enquêtes, dans les rapports de police, les lettres de doléance, les réglementations. Autant de documents d'archives souvent étonnants, qui résonnent dans les différents récits.

 

La veuve Marchand

 

 

Interprétée, de manière vivante, par des comédiens (dont Christian Hecq, de la Comédie-Française, et Olivia Bonamy), riche de tous les bruits, les rires, les disputes et les histoires des riverains d'autrefois, enrubannée de musiques, cette balade sonore bénéficie aussi des recherches de la musicologue Mylène Pardoen (ISH-Lyon) sur les sons du 18e siècle. Elle a été produite et réalisée par Nova Spot.

 

Gens de la Seine a été conçu puis élaboré par deux chercheuses et une directrice artistique. Isabelle Backouche travaille au Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS). Spécialiste reconnue de l'histoire de Paris et de la Seine, elle est membre du Comité d'histoire de la ville de Paris. Sarah Gensburger est sociologue de la mémoire et historienne du Paris de la Seconde Guerre mondiale à l'Institut de sciences sociales du politique (CNRS/UPOND/ENS Cachan). 

 

Ensemble elles ont imaginé le concept de ces témoignages sonores du passé, localisés dans l'espace urbain. 

 

Enfin, venue de France Culture et de la publicité, Michèle Cohen a eu pour tâche, à partir de données historiques précisément respectées, d'écrire des récits, puis de concevoir des modules sonores vivants, émouvants, audibles par tous. À elles trois, elles relèvent, à leur façon, le défi d'une valorisation originale des sciences sociales et contribuent à démocratiser le savoir scientifique.