Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les lettres de jeunesse inédites du discret J.D. Salinger

Xavier S. Thomann - 24.04.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - Salinger - L'attrape coeurs - Lettres


J.D. Sallinger, décédé en 2010, est connu pour deux choses : son livre culte L'Attrape-coeurs et sa vie passée à l'écart des journalistes et des caméras. Si beaucoup de gens ont lu son petit livre sur l'adolescence, personne en revanche ne connaît vraiment l'homme. Des lettres de jeunesse viennent de faire leur apparition, ce qui permet d'en apprendre un peu plus. 

 

 

Day 033/365 - Salinger

contemplicity, CC BY 2.0

 

 

Une série de lettres du jeune Salinger a tout juste été acquise par la Morgan Library & Museum, et le New York Times a pu en prendre connaissance. Même si cette correspondance est plutôt anecdotique (pas de longs développements sur la littérature), elle permet néanmoins de se faire une bonne idée du jeune homme que Salinger était quand il avait vingt ans. 

 

Plus amusant, on se rend compte à la lecture de ses lettres que le jeune Salinger partage quelques traits avec son célèbre personnage, Holden Caulfield. On le découvre à la fois enthousiaste et caustique, loin donc de l'image du vieillard ermite qu'il entretenait dans les dernières années de sa vie. 

 

Pourtant, ces lettres ont tout de même un intérêt littéraire. D'abord parce qu'il y est question de ses premiers travaux d'écrivain publiés dans des revues américaines, comme Esquire ou Collier's. Ensuite, parce que selon Declan Kiely de la Morgan Library, « il est au seuil de sa carrière, mais sa voix est déjà là. » 

 

Parmi ces lettres, on trouve notamment une correspondance avec une jeune fille de son âge, Marjorie Sheard. Ils échangent des conseils sur l'écriture, ce qui n'empêchait pas Salinger de glisser au passage quelques traits d'esprit et de flirter un peu. 

 

Par exemple, il lui écrit : « On ne peut pas aller acheter des Cadillac avec le peu d'argent que payent les magazines, mais au fond est-ce que cela importe vraiment ? » On trouve aussi : « Petite sournoise. Tu es jolie ». Ils ont échangé un total de neuf lettres sur une période de deux ans. »

 

Enfin, les lettres révèlent aussi une certaine capacité à embellir la vérité et modifier un peu son histoire personnelle. Bref, il voulait être romancier.