Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Les lycéens de Los Angeles privés d'iPad

Clément Solym - 03.10.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - iPad - lycéens - Los Angeles


C'est un fameux ratage que cette opération menée dans les lycées américains : pourvoir gratuitement les élèves en iPad, pour favoriser la transition numérique se révèle un fameux échec. En effet, les établissements scolaires de Los Angeles viennent de reprendre les quelque 2000 tablettes qui avaient originellement été fournies. 

 

 

student_ipad_school - 027

Alors, pour accéder à BitTorrent...

flickingerbrad, CC BY 2.0

 

 

En confiant à des lycéens des appareils numériques, l'administration n'avait manifestement pas imaginé que ces derniers détourneraient leur utilisation. Et rapidement, des centaines d'étudiants ont trouvé la petite méthode permettant de contourner les paramètres de sécurité installés sur les iPads. 

 

Pour le district, chaque tablette a coûté 700 $, et le projet pilote s'inscrivait dans le cadre d'une campagne plus vaste, chiffrée à 1 milliard $, pour équiper les élèves.

 

Pour les geeks en puissance, la manoeuvre consistant à pirater les appareils n'aura pas posé de gros problèmes : en quelques clics, les paramètres de sécurité imposés par les autorités scolaires ont cédé. Ces dernières avaient imposé que l'on empêche les élèves de surfer sur le net, de consulter les réseaux sociaux, ou encore, de faire du streaming sur des sites de films ou de musique. 

 

« Nous travaillons avec Apple pour développer une solution », assure un porte-parole du district. Mais en attendant cette fameuse solution, les élèves ont été tout simplement privés de leur tablette. 

 

Cette campagne avait déjà posé problème, alors que 71 iPads étaient perdus, quelques jours à peine après qu'on les a confiés aux élèves. Les parents soulevaient d'ailleurs de nombreuses objections, considérant que personne n'avait envisagé la possibilité que les devices soient volés, cassés ou endommagés. Et dans ces différents cas, qui allait payer la note ?

 

Pour le moment, ce sont les élèves des établissements de Westchester et Roosevelt qui sont concernés, soit les deux tiers des 2100 qui ont été offerts. Le dernier tiers serait, manifestement, encore introuvable...

 

(via Los Angeles Times)