Les manuels scolaires des lycéens en Nouvelle Aquitaine seront gratuits

Victor De Sepausy - 22.02.2019

Patrimoine et éducation - Scolarité France - Alain Rousset lycées - manuels scolaires lycéens - lecture lycéens Aquitaine


À l’occasion d’une conférence de presse, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, Alain Rousset, a lancé une bombe. En effet, avec la réforme du lycée et les achats de manuels scolaires, il a annoncé que la région prendrait en charge les investissements nécessaires, dans leur totalité.


Alain Rousset - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

27 millions € seront dépensés sur deux ans, pour fournir les élèves de seconde et première en manuels, à compter de la rentrée 2019. Ceux de terminale viendront l’année suivante. 

Soucieux d’aider les familles, pour qui ces dépenses peuvent représenter des coûts importants, le président Alain Rousset évoque les inégalités sociales et l’injustice contemporaine, pour justifier cette mesure. 
 

Généraliser une mesure sociale


Pris sur le budget d’investissement, la somme représente 200 € par élève – et remplacera l’aide qui préexistait. En effet, suivant les revenus des parents, les lycéens pouvaient obtenir entre 70 et 150 € pour l’achat de leurs manuels dans l’ancienne région Poitou-Charentes. 

Pour la première année, c’est donc un budget de 17 millions € qui sera investi. Le modèle de gratuité est emprunté à ce que le Limousin avait instauré. 

La mesure ressemble étrangement à celle que Laurent Wauquiez a mise en place pour la région Rhônes-Alpes. Cette dernière, pour un budget de 44 millions €, a décidé de prendre en charge la gratuité des manuels pour les lycéens, en décembre 2018. 

Un choix qui avait provoqué la colère des librairies de la région, y voyant un coup de massue économique importante. L’association des libraires indépendants de la région évoquait d'ailleurs des pertes de chiffre d’affaires de 20 à 25 % suivant les établissements. 

« Dont actes. Nous vendrons du parascolaire », nous indique un libraire de la place de Bordeaux. 
 

Chèque-livre et numérique


Dans le même temps, Alain Rousset réfléchit aux solutions numériques, avec, notamment, la mise à disposition de ressources en ligne, qui seraient tout aussi gratuites. De quoi encourager les enseignants à mutualiser des cours et se servir du net pour alimenter en contenus pédagogiques. 

Pourtant, les libraires ne seraient pas en reste : 105 commerces du livre travaillent dans la région, et le président entend leur donner un coup de pouce. Il envisage de débloquer 4 millions € pour les quelque 230.000 lycéens de la région, afin qu’ils puissent se ruer en librairie. 

Il s’agit là de chèques-livres, d’une valeur de 20 €, qui seront distribués. Jean-Louis Nembrini, vice-président de la Nouvelle-Aquitaine, responsable du secteur Éducation, souligne : « Cela permet d’acheter environ 3 livres de poche et notre objectif est de faire marcher notre réseau de librairies indépendantes », rapporte la Charente libre.

Avec la perspective d’encourager la lecture chez les lycéens, bien entendu. 


Commentaires
Annonce à prendre avec grande précaution et dont il faut connaître la finalité et les subtilités :

1) la Région en proposant la gratuité des manuels, se passe ainsi des fédérations de parents d'élèves qui proposaient des bourses aux livres.

2) le montant moyen de 200€ par famille est erroné car en moyenne c'est entre 250 et 280€ le coût moyen des manuels par élève.

3) la Région a annoncé le passage au tout numérique dans 2 ans ... donc au final, ce seront les familles qui paieront car pour l'utilisation de licences numériques, il faut du matériel : tablettes ou ordinateurs.

4) la Région oublie de citer les précédents comme la Région Grand Est avec le numérique, ou les familles peuvent avoir des aides à la seule condition d'acheter l'un des 3 modèles proposés de matériel informatique, sinon 0€.



Conclusion, la Région investit 27M€ mais est loin du compte et dans 2 à 3 ans, ce seront les familles qui mettront la main à la poche, mais d'ici là il y aura les élections régionales.
"...lancé une bombe..." ? La gratuité des manuels scolaires en ex Midi-Pyrénées (devenue Occitanie) a bien causé, quasi immédiatement, la fermeture à Rodez d'une petite librairie qui avait plus de vingt ans, "Mot-à-mot". La bombe a bel et bien détruit...
Près de 20 ans après la région Ile-de-France et quelques semaines après la région Auvergne-Rhône Alpes, une nouvelle région décide de la gratuité des livres scolaires. La région IDF présidée par Jean-Paul Huchon n'avait à l'époque décidé d'aucune contrepartie.

Cette décision va certainement faire plaisir à un des plus grands libraires de France, gros adjudicateur de marchés publics qui est sur Bordeaux!

La gratuité des livres scolaires a été une des principales raisons de la fermeture de librairies et de librairies-presse en Ile-de-France y compris Paris.



L'argument des politiques de redonner du pouvoir d'achat est fallacieux. Car bizarrement les parents auraient des difficultés à acheter des livres scolaires neufs ou d'occasions, qu'ils peuvent revendre ou s'échanger, mais n'en auraient pas pour payer l'abonnement et les jeux des portables ou des vêtements de marques.

La prochaine étape sera t-elle de payer les vêtements de sport, puisque le sport est lui aussi obligatoire ?
Plus que d'accord avec vous ! J'ai été enseignante et ai toujours été "pro" manuel scolaire, au grand dam de nombre de collègues qui les critiquaient et concoctaient leurs propres polycopiés. De plus, surtout en fin de carrière, j'ai eu beaucoup de mal à "imposer" le manuel en cours. Alors, gratuit ou pas, cela change-t-il quelque chose? De plus, dans ma ville, la FCPE est privée d'une activité importante : la collecte et la revente de manuels d'occasion.
Je vais prendre le rôle de la candide. En effet je n'ai peut-être pas compris tous les tenants et aboutissants. Je me place en tant que mère et je me souviens du passage de ma fille en classe de seconde il y a bien des années. J'ai dû acheter pour une fortune de manuels scolaires, particulièrement pour le français. Beaux et très intéressants... j'en ai conservé quelques-uns. Mais voilà ceux de l'année précédente n'étaient pas au gôut du jour de la prof et ainsi de suite l'année suivante où la revente s'est avérée pratiquement impossible. Ce qui tend à trouver normale cette gratuité.

Seconde chose, d'où que vienne l'argent, qu'est-ce qui empêcherait le lycée de commander les livres nécessaires chez les libraires habituels ?

Mais je pense, qu'inoxerablement nous nous dirigeons vers un fond commun numérique. Etant lectrice assidue, je regrette cet état de fait, mais la scolarité devrait rester gratuite jusqu'au bac.

Ceci est ma réflexion, mais comme je le disais précédemment, je n'ai peut-être pas tout compris.
Entièrement d'accord avec vous.

Si vous n'avez pas tout compris, moi non plus.



Et oui pour quelle raison les livres ne seraient ils pas achetés par le lycée chez les libraires habituels ??
Je suis libraire dans la région de Bordeaux, nous fournissons des fédérations de parents d'élèves, des associations et des particuliers en livres scolaires, cette décision nous entraine vers une catastrophe, ce rayon représente entre 20 et 30% du chiffre d'affaire, sans lui, ce sont 3 licenciements et la fermeture de la librairie à court terme.

Ce ne sont pas 20€ de chèque lire par élève qui vont nous faire survivre d'autant plus que les grandes surfaces vont surement pouvoir encaisser ces chèques.

Je suis bien d'accord avec les posts précédents, la gratuité des livres pour les familles OUI, mais en préservant la chaine de distribution éditeurs, libraires, par exemple en donnant des chèques lires correspondant à la valeur des livres aux familles.

Fournir directement les lycées et se faire payer par le conseil régional, oui aussi,mais pour ce qui est des collèges et écoles que nous avons tenté de fournir en livres, les communes demandent de telles remises qu'il n'est pas possible pour une librairie moyenne de s'en tirer, c'est beaucoup de travail pour un bénéfice zéro. C'est pourquoi les manuels scolaires des écoles et collèges sont fournis directement par une grosse société parisienne à priori, ce qui sera surement le cas pour les lycées.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.