Les professeurs de l'UQAM en grève jusqu'à nouvel ordre

Clément Solym - 20.03.2009

Patrimoine et éducation - A l'international - uqam - québec - montréal


Les professeurs de l'UQAM (Université du Québec à Montéral) le clament depuis un moment déjà, ils sont mal payés. Ou du moins, moins bien que leurs confrères des autres universités.

Une étude demandée par la direction de l'université sur ordre du ministère de l'Éducation établit clairement que « La rémunération des professeurs de l'UQAM est d'au moins 10 % inférieure à ce qui se pratique dans les universités du Québec. Nous dirions aussi que la charge de travail n'y paraît pas moindre ».

La détermination des professeurs qui sont en grève depuis une bonne semaine et forment des blocus pour empêcher les étudiants d'aller suivre les cours donnés par des chargés de cours, a été renforcée par les résultats de ce rapport.

Ils attendent qu'on leur verse une partie des salaires dus et que l'on engage de nouveaux professeurs. le gouvernement a envoyé un négociateur pour sortir l'université de cette crise. Seulement celui-ci ne propose que la création d'un « comité sur la tâche professorale » chargé de réfléchir au problème sur un an.

Michèle Nevert, la présidente du SPUQ (Syndicat des professeurs de l'Université du Québec à Montréal) a déclaré : « On n'a pas pris cela au sérieux. On ne va pas repasser un an à s'interroger sur la tâche du professeur, comme si les choses n'étaient pas encore parfaitement claires ».

La grève est donc maintenue et pourrait s'intensifier. Une assemblée générale des 950 professeurs de l'université aura lieu aujourd'hui pour faire un bilan et pour décider de la reconduction ou non des blocus.