Les souvenirs de Michel Audiard, dispersés aux quatre ventes

Nicolas Gary - 14.05.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Michel Audiard répliques - scénariste réalisateur Audiard - cons Audiard films


Scénariste et réalisateur français, Michel Audiard était un génie du dialogue, du mot juste pour créer des situations hilarantes. Un art de la réplique d’innombrables fois salué, qui découle de sa passion des lettres et de la littérature : dans sa bibliothèque, mise aux enchères ces 12 et 13 mai, on retrouvait des ouvrages de Céline, de Rimbaud ou encore Prévert et Marcel Aymé. « J’parle pas aux cons, ça les instruit », restera un exemple de ses fulgurances, et trente ans après sa mort, ses livres, objets d’art et meubles sont maintenant dispersés. 

 

 

© Paris Match 13.11.1976, Photographe J.-C. Deutsch

 

 

 

Très attendue, la dispersion des souvenirs de celui que l’on considère comme l’un des plus grands scénaristes français n’a pas démenti le succès escompté en totalisant un produit de 473 739 €.

 

Trente ans après sa mort Michel Audiard (1920-1985), continue de faire rire et parler. Curieux, amateurs, et collectionneurs plus avertis étaient présents lors de ces deux jours de ventes. De ses scénarii à sa collection de livres rares, en passant par des objets plus personnels, ces souvenirs, empreints de l’esprit de l’homme de lettres à l’humour caustique et décalé, ont réalisé une succession de jolis coups de marteau.

 

La plus haute enchère, 77 225 €, revient à une édition originale de La Chartreuse de Parme par Stendhal (1783-1842) qui a été acquise suite à une bataille d’enchères. Les collectionneurs auront été particulièrement attentifs à l’envoi autographe de l’auteur à son ami le Comte Amédé de Pastoret. Éditée à Paris en 1839 par Ambroise Dupont, elle est composée de 2 tomes en un volume in-8 ; elle présente un demi-maroquin aubergine à grain long et un dos lisse orné en long d’un décor romantique doré à tranches lisses. (Lot n° 76)

 

Dans le même registre, Louis-Ferdinand Céline (1894-1961) avec Voyage au bout de la Nuit était également récompensé par un joli coup de marteau à 21 931 €. Cet In-8, maroquin noir, dos à nerfs dans un étui brodé rejoindra un nouvel amoureux de lettres. (Lot n° 15)

 

Sur le thème des objets plus personnels du dialoguiste, retenons sa casquette en tweed kaki, qu’un cinéphile s’offrait pour 3 993 € (Lot n° 337)

 

Souvenir émouvant. L’exemplaire de travail du fils aîné du dialoguiste, François Audiard, s’est envolé à 1 288 € sur une estimation de 200 /300 €. il s’agit d’une reproduction d’un dactylogramme in-4 de 173 pages du film Le Pacha, dirigé par Georges Lautner.

 

Pour conclure, il est tentant de reprendre un des dialogues phares de ce film : « Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute. » 

 

 

 

 

  Michel Audiard by ActuaLitté