Les textes d'Edgar Allan Poe, fenêtres ouvertes sur ses dépressions

Antoine Oury - 27.02.2020

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Edgar Allan Poe - analyse textes poe - depressions edgar allan poe


Grand maitre américain du macabre, Edgar Allan Poe disparait en 1849, à Boston, à l'âge de 40 ans seulement. Une mort qui reste entourée de mystères : les médecins ont conclu à l'époque des suites d'une congestion cérébrale, provoquée par un mélange d'alcool et de drogues. Différentes hypothèses ont été suggérées, notamment celle d'une manipulation à des fins de trucage électoral. Une analyse informatique des textes de Poe a permis de mieux cerner son profil psychique, assurent des chercheurs.

Edgar Allan Poe photographié par Rufus W. Holsinger (1866? - 1930), domaine public


L'analyse informatique des textes, en suivant la logique du big data, permet de prendre en compte une énorme quantité d'informations, pour nourrir une étude. Deux chercheurs, le Dr Ryan Boyd, de l'université du Lancaster, et Hannah Dean, de l'université du Texas d'Austin, ont ainsi étudié un vaste corpus de textes signés par Edgar Allan Poe, avec le soutien d'une intelligence artificielle pour les parcourir.

309 lettres, 49 poèmes et 63 nouvelles ont été étudiés par les chercheurs : l'objectif était d'y relever des marqueurs de la dépression, à partir de la langue utilisée par Edgar Allan Poe. Cinq marqueurs principaux étaient recherchés : l'usage des pronoms de la première personne, des termes dénotant une émotion négative et l'introspection, et, à l'inverse, l'absence de termes évoquant des émotions positives et de pronoms désignant un collectif.

Évidemment, les lettres personnelles d'Edgar Allan Poe constituaient la ressource la plus solide pour étudier son état d'esprit, même si les poèmes et la fiction ne sont évidemment pas dénués d'éléments autobiographiques. 

Les résultats révèlent un important épisode dépressif dans l'existence de Poe : la mort de son épouse, Virginia, en 1947, deux ans avant sa propre disparition. Un véritable traumatisme, pour l'auteur, dont les traces se retrouvent de manière évidente dans ses écrits. 

« Des schémas évidents, récurrents, de dépression n'ont pas été découverts et ne font pas du suicide une cause crédible de décès. Cependant, des preuves linguistiques ont été trouvées suggérant l'occurrence de plusieurs épisodes dépressifs potentiels au cours de la vie de Poe — ces épisodes ont été les plus prononcés au cours de ses années de succès, ainsi qu'au cours de celles qui ont suivi la mort de sa défunte épouse », soulignent les chercheurs.

Si un premier épisode marqué, en 1843, s'explique moins facilement, celui de 1845 trouve ses racines dans le succès que Poe obtient avec la publication du Corbeau : il devient soudainement une célébrité, et le vit très mal, alors qu'il avait longtemps espéré être lu.
 
Si les chercheurs évoquent l'hypothèse du suicide, c'est parce que celle-ci a longtemps été considérée comme crédible : en abusant de médicaments ou drogues diverses et surtout de l'alcool, Poe aurait accompli un geste qu'il aurait « préparé depuis longtemps », selon Charles Baudelaire, qui a traduit nombre de ses écrits en français. En se basant sur leurs résultats, publiés dans le Journal of Affective Disorders, les chercheurs affirment que le suicide d'Edgar Allan Poe est peu probable.

via Lancaster University


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.