Les 'trois logiques' de la réforme du primaire selon François Fillon

Clément Solym - 26.08.2008

Patrimoine et éducation - Programmes officiels - réforme - primaire - François


Accompagné de Xavier Darcos, ministre de l’Education, le premier ministre est allé en visite dans une école primaire située près d’Angers, à Vrillé (Maine-et-Loire) lundi 25 août. Ce déplacement a été l’occasion de revenir sur la réforme du primaire qui tourne autour de trois logiques.

Moins d'heures de cours :

La première vise à alléger le volume horaire des enseignements dispensés aux élèves chaque semaine. Trop de cours est une absurdité compte tenu des capacités de concentration des élèves en bas âge.

Des programmes centrés sur les fondamentaux :

Le premier ministre met ensuite en avant des programmes orientés davantage sur les fondamentaux que tout enfant doit posséder au sortir de l’école. Afin de réaliser cet objectif, la réforme du primaire permet la mise en place de deux heures hebdomadaires de soutien individuel pour les élèves en grande difficulté.

Des dispositifs de soutien pour les élèves en grande difficulté :

Cette possibilité rejoint la troisième logique de la réforme : personnaliser davantage l’enseignement proposé. Cela passe notamment par les heures de soutien mais aussi par les programmes de stages de révisions mis en place lors des vacances scolaires pour les élèves volontaires.

Pour François Fillon, toujours plus de postes n’est pas la clef de la réussite. Le passé le démontre bien. On a sans cesse augmenté le nombre d’enseignants alors que parallèlement les résultats étaient toujours orientés à la baisse…Le problème se situe donc ailleurs. Le ministre propose donc de tester une nouvelle logique en faisant plus d’efforts pour les plus en difficulté.