Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Livres en prison : Une poète lauréate à la rencontre du ministre de la Justice

Louis Mallié - 03.04.2014

Patrimoine et éducation - A l'international - CarolAnnDuffy - Julian Barnes - Prison


Au concert de protestations qui a suivi l'annonce du secrétaire d'État à la Justice Chris Grayling d'interdire l'envoi de colis - incluant les livres - aux prisonniers, viennent de se mêler les écrivains Julian Barnes, Ian McEwan, Mark Haddon et Carol Ann Duffy, rapporte le Guardian. Désignée poète lauréate du Royaume-Uni en 2009, cette dernière souhaite rencontrer M. Grayling afin de discuter de ses restrictions considérées par beaucoup comme « barbares ».

 

 

Carol Ann Duffy at Humber Mouth 2009

Carol Ann Duff,

 Walnut Whipet CC BY 2.0

 

La poète et lesdits auteurs ont écrit une lettre au gouvernement afin de rencontrer le secrétaire d'État à la justice pour pouvoir discuter de sa réforme. L'annonce de cette dernière n'a pas manqué d'indigner une large part des institutions de défense des droits des prisonniers, d'accès à la culture, de liberté d'expression... Sur Twitter, des réactions sont postées chaque heure à l'encontre d'une mesure unanimement désapprouvée.

 

 

Francis Crook, directeur de la Howard League for Penal Reform a insisté sur la remise en question dont doit faire l‘objet une telle décision : « Les écrivains de ce pays continuent de se questionner sur la sagesse d'une politique qui veut empêcher les proches d'envoyer des livres et autres colis aux prisonniers. Nous continuons donc notre campagne, et n'excluons pas la possibilité d'une action légale; nous espérons pouvoir trouver une solution à l'amiable » La semaine dernière, Carol Ann Duffy a organisé une lecture de poésie devant la prison de Pentonville à Londres en présence des acteurs et écrivains Vanessa Redgrave, Samuel West and Kathy Lette pour protester contre les restrictions. 

 

Jo Glanville, directeur anglais de PEN International, a déclaré que le gouvernement n'était pas parvenu à donner une réponse satisfaisante au problème des prisons en Angleterre. « Lors de notre travail en prison, nous avons immédiatement perçu l'importance primordiale de l'accès à la littérature.  Certains des écrivains les plus prestigieux du pays sont à présent à la recherche d'un moyen pour pousser le débat plus loin. J'espère que les ministres seront disposés à revoir une mesure inconsidérée. »

 

La semaine dernière, 80 auteurs - dont ceux déjà cités - avaient déjà publié une lettre ouverte à Chris Grayling sur le site de Howard League. « Nous ne pensons pas que la lecture et l'éducation doivent être incluses dans cette politique. Les livres représentent un refuge derrière les barreaux, une façon de nourrir l'esprit et les sentiments des prisonniers durant toutes les heures qu'ils passent enfermés. » 

 

Le Ministère de la Justice a quant à lui déclaré qu'il considérerait avec attention les requêtes exprimées dès lors qu'il aurait reçu la lettre... À suivre.