Marseille : l'Education nationale en première ligne

Clément Solym - 08.09.2012

Patrimoine et éducation - Scolarité France - éducation - marseille - lutte


A l'heure où l'on parle d'une forte montée de la délinquance à Marseille, la réunion interministérielle, qui s'est déroulée jeudi 6 septembre, a souhaité envoyer une série de signaux forts pour soutenir le travail sur le terrain de l'ensemble des personnels en charge de l'éducation.

 

Les conclusions de cette réuion ont ainsi fait une large place au volet éducatif dans le plan de lutte contre la délinquance. Sept propositions touchent ainsi l'Education nationale, avec une mise en application la plus rapide possible :

 

    « Développement de la pré-scolarisation des enfants de moins de trois ans dans les zones prioritaires. Objectif : passer en 5 ans de moins de 15% dans les zones prioritaires à 30%.

    Ouverture des établissements scolaires au-delà des horaires d'enseignement. Objectif : atteindre 50% d'élèves des quartiers prioritaires bénéficiant d'un accompagnement éducatif en école et collège (autour de 35% aujourd'hui).

    Accentuation de la lutte pour l'accès à la qualification et contre le décrochage scolaire : création de référents socio-éducatifs, développement de structures adaptées pour les élèves en risque très lourd de décrochage au-delà des structures-relais actuelles.

    Mise en place d'un plan de développement de l'internat.

    Développement de nouvelles écoles de la deuxième chance.

    Création d'un lycée international tourné vers les langues anglo-saxonnes.

    L'État propose aux collectivités la création d'une Cité de la Jeunesse qui prendrait place sur une partie du site de l'ancienne caserne du Muy ».

 

Il ne reste plus à présent qu'à passer des paroles aux actes.