Mécénat : L'État cherche 8,5 millions € pour les archives de la famille Turgot

Antoine Oury - 22.12.2014

Patrimoine et éducation - Patrimoine - mécénat France - gouvernement archives nationales - entreprises famille Turgot


Anne Robert Jacques Turgot, plus simplement désigné par son seul nom de famille, fut l'un des plus fameux économistes français de l'Histoire, avec une influence, semble-t-il, non négligeable sur Adam Smith et ses théories. L'État français a passé un appel aux entreprises, déductions d'impôts à la clé, pour acquérir 14.000 pages d'archives de la famille Turgot. 

 

Turgot buste ancien hôpital Laennec Paris.jpgBuste de Turgot devant la chapelle de l'ancien hôpital Laennec, Paris VIIe

(Siren-Com, CC BY-SA 3.0)

 

 

Dans le cas où les ministres de l'Économie, Emmanuel Macron, et des Finances, Michel Sapin, ne parviendraient pas à faire prendre un autre tournant au budget national, l'État français prévoit une parade patrimoniale. Il passe en effet un appel au mécénat d'entreprise, moyennant une déduction d'impôts, pour l'acquisition des archives de la famille Turgot.

D'une richesse exceptionnelle par sa composition et la nature de ses pièces, ce remarquable fonds d'archives est principalement constitué autour des documents professionnels et personnels d'Anne Robert Jacques Turgot (1727-1781), intendant du Limousin puis contrôleur général des finances, auxquels sont joints des documents d'autres membres de la famille Turgot, notamment de son père, Michel Jacques (1690-1751), prévôt des marchands de Paris, et de son frère, Étienne François (1721-1788), chevalier de Malte et gouverneur de Guyane, ainsi que de familles alliées.

Turgot fut notamment intendant, chargé de collecter les impôts, pour la région de Limoges, dès 1761 : à cette occasion, il réforme considérablement le système de taxe et de collecte, avec pour objectif d'alléger les charges d'une des régions les plus surtaxées de France. (voir sur Wikipédia)

 

Après un rapide passage comme ministre de la Marine, il devient contrôleur général des Finances après ses bons résultats à Limoges. Il effectue un travail exemplaire les deux premières années de son mandat, mais ses actions contre les privilèges en 1776 lui attirent la haine du clergé, de la noblesse et de la bourgeoisie, qui obtiendront son départ et l'annulation d'une des réformes fiscales les plus ambitieuses proposées sous Louis XVI.

 

L'avis publié dans le journal officiel note bien que ces archives sont « susceptibles d'améliorer la connaissance de l'action gouvernementale », mais uniquement « de cette époque », malgré tout. La totalité des archives, soit 14.000 pages classées et commentées par Malesherbes, proche de Turgot, est vendue pour 8,5 millions €. Dans le cas où l'achat serait réalisé, les documents reviendraient évidemment aux Archives nationales.

 

Les entreprises intéressées contacteront la direction générale du patrimoine, et apprendront que les dons leur permettront de bénéficier de la réduction d'impôt sur les sociétés égale à 90 % des versements qu'elles pourraient effectuer, dans la limite de 50 % de l'impôt dû au titre de l'exercice considéré.