Manuscrits d'Irak : les Dominicains organisent une exposition

Cécile Mazin - 19.05.2015

Patrimoine et éducation - A l'international - Irak Mesopotamie - manuscrits Mossoul


Du 20 mai au 24 août prochain, l'Hôtel de Soubise accueille une grande exposition, « Mésopotamie, carrefour des cultures : grandes heures des manuscrits irakiens ». Ces œuvres proviennent de la Bibliothèquedu couvent des Dominicains de Mossoul, située au Nord de l'Irak. Et grâce au travail du père Nageeb, ces documents ont pu être préservés.

 

 

 

 

Plus de 800 manuscrits, réalisés entre le XIIIe et le XIXe siècles, étaient abrités dans la bibliothèque dominicaine. Ces « précieux compagnons », comme les nomme le père Nageeb, ont été sauvé des menaces qui sévissaient, tant les fanatiques intégristes, les mites ou encore l'humidité. 

 

« Ces manuscrits témoignent, par la calligraphie et l'enluminure, de la culture des chrétiens de Mésopotamie. Ce fonds exceptionnel demeure un remarquable témoignage de la richesse de la tradition des Églises orientales entre le Tigre et l'Euphrate, depuis l'aube du christianisme jusqu'au XXIe siècle », expliquent les Dominicains.

 

 

 

 

Leur transfert à Erbil a permis de les mettre en sécurité, ils restent cependant inaccessibles. L'exposition proposera de découvrir sept fac-similés de ces joyaux, trésors inestimables d'un patrimoine culturel commun à toute l'humanité. Ils seront aux côtés d'une trentaine de manuscrits comparables tirés des collections françaises et de la Bibliothèque apostolique vaticane : Évangiles (1192) et Nouveau Testament (1223) en syriaque, Coran copié à Bagdad (1289), Chronique universelle arabe (1291), Évangile de Saint-Jean en arabe (1599), missel chaldéen copié à Mossoul (XVIIIe siècle), rituel de mariage et recueil médical en syriaque (XIXe siècle), etc.

 

On pourra retrouver les manuscrits exposés, à cette adresse.

 

« Un manuscrit caché est un manuscrit mort. Si on l'expose, il reprend vie et devient immortel », souligne le Père Najeeb Michaeel, o.p., dominicain, fondateur du Centre numérique des Manuscrits orientaux (CNMO).

  

 

 

 

Les Éditions du Net proposent un ouvrage réunissant les Grandes Heures des manuscrits irakiens, réunissant des contributions scientifiques des plus grands spécialistes, avec de nombreuses illustrations.

 

En parallèle, un projet de financement participatif a été mis en place, pour contribuer à sauver les derniers manuscrits de Mossoul, ayant échappé à l'autodafé en mai 2014. Cette collection regroupe des manuscrits enluminés appartenant à toutes les disciplines : liturgie, théologie, spiritualité (chrétienne et islamique), hagiographie, histoire, philosophie, science et astrologie, langues, littérature et musique…

 

« L'Irak, berceau de l'écriture et des civilisations urbaines de l'Antiquité, est aussi considéré comme l'un des plus vieux foyers du monde chrétien. Il n'a jamais cessé d'être visité par des missionnaires de l'Ordre depuis sa création. Après des frères italiens envoyés à Mossoul par le pape Benoît XIV en 1750, ce sont des Dominicains français qui perpétuent leur présence à partir du Second Empire », précise l'exposition.