Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Migrants, réfugiés et demandeurs d'asile ne sont pas des sujets d'arithmétique

Victor De Sepausy - 18.09.2017

Patrimoine et éducation - Ressources pédagogiques - migrants manuel maths - migrants manuel nathan - immigration clandestine manuel


Le mouvement de colère déclenché par l’exercice d’arithmétique trouvé dans un manuel de Nathan Éducation n’a pas diminué. Depuis la fin de semaine dernière, les internautes accusent l’éditeur de négligence sinon de déshumaniser le sort des migrants. Et ce, en les utilisant comme simples chiffres dans un calcul mathématique. 



 

 

« Des migrants fuyant la guerre atteignent une île en Méditerranée. La première semaine, il en arrive 100. Puis chaque semaine, le nombre de nouveaux arrivants augmente de 10 %. » L’énoncé du sujet d’un manuel de Terminale section ES et L a provoqué un séisme sur la toile. 

 

Comment accepter que l’on s’appuie sur ce flux migratoire pour résumer la vie d’êtres humains en fuite à des nombres pour des calculs ? C’est tout ce que le web a fait savoir, depuis les réseaux sociaux – jusqu’à une pétition demandant le retrait des livres et un engagement spécifique de l’éditeur dans la cause. 
 

Faire des maths avec des migrants clandestins, ça donne l’algèbre ?


Ainsi, plus de 3800 personnes demandent désormais que Nathan Éducation verse 110.000 € à l’association SOS Méditerranée. Cette dernière intervient avec un navire, l’Aquarius, pour sauver des migrants qui tentent la traversée de la mer. 

 

 

 

Mais également que l’éditeur fournisse des exemplaires de livres qui serviront aux associations engagées dans l’accueil des migrants, pour leur permettre d’apprendre la langue. 

 

Dans un premier message d’excuse, l’éditeur avait souligné que ce dérapage était à mettre sur le compte de la transdisciplinarité : comment introduire dans un domaine scolaire des thématiques transversales... Prendre « une population de migrants fuyant la guerre » pour exemple, tout de même...

 

Mais devant la mobilisation des réseaux, Catherine Lucet, présidente des éditions Nathan a pris la parole. « Nous comprenons l’indignation provoquée par l’utilisation de cette thématique dans cet exercice et regrettons sincèrement le manque de sensibilité et de discernement dont il témoigne. Les Éditions, Nathan et les auteurs de l’ouvrage présentent leurs excuses aux enseignants, aux élèves, aux parents, ainsi qu’à l’ensemble de la communauté éducative », explique-t-elle.

 

Et de présenter d’autres excuses aux « associations d’aide aux migrants, réfugiés et demandeurs d’asile, dont la CIMADE qui nous a alertés ». Cette dernière n’y était pas allée de main morte, réagissant à la découverte de l’exercice.

 

« Ou comment les éditions Nathan parlent de l’invasion des migrants aux élèves de terminale en 2017 pour trouver la bonne formule avec 10 % d’augmentation par semaine ! À lire sans modération pour contrer ces idées fausses sur les migrants qui s’immiscent dans les discours politiques, les médias et certains manuels scolaires : les Petits guides de sensibilisation édités par La Cimade et disponibles en PDF, imprimés ou en version interactives. » (Ici et ici)

 

La présidente des Éditions Nathan tient à assurer « à tous nos auteurs, éditeurs, illustrateurs et partenaires engagés en faveur des migrants et des réfugiés la poursuite notre soutien très actif ». Et de ce fait, la commercialisation de l’ouvrage est arrêtée immédiatement, et il sera remplacé gratuitement par une version corrigée, prochainement disponible.

 

« Nous nous engageons également à redoubler de vigilance dans la validation de nos contenus. »