Mise en garde de l'auteure de The Gruffalo : contre une nation d'analphabètes

Clément Solym - 10.09.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - Royaume Uni - Alphabétisation - Bibliothèques


Julia Donaldson, primée du Children's Laureate en 2011, débute cette semaine une tournée nationale des bibliothèques britanniques. Son pèlerinage a débuté à la pointe nord de l'Écosse, à John O'Groats et s'achèvera dans le coin sud-ouest de l'Angleterre. Samedi soir, elle a alerté les Britanniques quant aux dangers de créer une génération d'analphabètes. Son discours intervient tandis que 260 bibliothèques ont été fermées ou sont menacées de fermeture, depuis le mois d'avril à travers le Royaume-Uni. 

 

 

Julia Donaldson et le Gruffalo (source : blog de l'auteure)

 

 

Selon The Independant, Julia Donaldson s'est adressée via lettre ouverte à la secrétaire nouvellement rattachée à la culture : Maria Miller. L'auteure exhorte le gouvernement d'agir pour sauver les bibliothèques britanniques. Elle a ainsi suggéré que Downing Street utilise une part du budget alloué à l'éducation dans cette optique. Pour l'écrivaine anglaise, la secrétaire devrait prendre le leadership au nom des jeunes lecteurs.

 

Cette intervention médiatique en faveur du service public menacé, a été précédée par celles de Zadie Smith, Beatrix Campbell, Kate Mosse ou encore Robert Harris.

 

À la veille de sa tournée nationale de promotion des bénéfices liés aux bibliothèques, elle a affirmé :

« Aujourd'hui, de nombreuses villes ne possèdent pas de librairies. S'ils n'ont pas non plus de bibliothèque, où iront les enfants pour acquérir des livres ? Est-ce une surprise si nous sommes habitués à découvrir des statistiques effrayantes à propos du nombre de foyers sans livres ? S'ils ne découvrent pas quels livres ils aiment, ils ont peu de chances de devenir des lecteurs invétérés, et nous nous dirigeons vers une société moins lettrée. L'illettrisme conduit à des compétences amoindries, de plus grands problèmes sociaux, un taux de crime plus élevé, et un pays moins apte à prospérer sur le marché global de l'emploi. Réduire les librairies est une fausse économie. Elles sont la meilleure source de littérature que nous avons. »

 

Elle a ajouté : « La fréquentation, par les enfants, des bibliothèques qui sont toujours ouvertes a été en augmentation au cours des 7 dernières années, alors s'il vous plaît, ne les privez pas des sessions de lectures d'histoires, des clubs de devoirs, des bibliothécaires experts, et par-dessus tout : des livres gratuits. »

 

Julia Donldson a souligné le devoir fondamental du gouvernement, qui serait de répondre aux nombreuses plaintes de la population, et a dénoncé les mesures de restrictions budgétaires comme une hypocrisie. Elle se dit « choquée » de la manière dont le gouvernement assure surveiller la situation, mais sans intervenir.

 

Le peuple commence d'ailleurs à agir. Au nord de Londres, des squatters ont fait irruption mercredi dans la Bibliothèque Friern Barnet. Ses portes ont été fermées plus tôt dans l'année, dans le but d'en faire un centre géré par la communauté.

 

Mercredi prochain, le député libéral démocrate pour Cheltenham, Martin Horwood, prendra la parole lors d'un débat parlementaire. En tête de l'ordre du jour : l'échec de la non-intervention du gouvernement dans le destin des bibliothèques, dans le Gloucestershire. La fermeture y est prévue pour sept établissements, en dépit d'une contestation juridique de cette décision par la Haute Cour.