Mort du photographe Marc Riboud, qui captait “la beauté et la grâce de l'humanité”

Cécile Mazin - 31.08.2016

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Marc Riboud photographe - beauté grâce humanité - livres reportages voyages


Le photographe Marc Riboud est décédé ce 30 août 2016, à l’âge de 93 ans. Dès l’adolescence, c’est avec un appareil photo qu’il capture ses premiers clichés à l’exposition internationale Arts et techniques dans la vie moderne, à Paris. Son premier appareil, un Vest Pocket Kodak, fut également le premier outil à lui servir pour appréhender le monde. 

 

 

 

C’est notamment à travers les livres que Marc Riboud partagea son art, avec, entre autres, des publications retraçant ses différents reportages en Asie. Que ce soit à travers Demain Shanghaï : Shanghai Tomorrow, Huang Shan. Les montagnes célestes ou encore Chine. Instantanés de voyages, il avait le don de saisir les instants et les gens, et partageait alors sa fascination pour les paysages chinois.. 

 

Dans un communiqué, Audrey Azoulay lui a rendu hommage.

 

Marc Riboud était un grand témoin de notre histoire. Depuis ses premières photographies lors de l’Exposition universelle à Paris en 1937, ses clichés ont immortalisé le siècle en fixant ses moments les plus marquants.

Animé par un esprit de résistance, il a arpenté le monde entier pour livrer dans la presse et dans ses livres son regard de vérité sur les mutations politiques et sociales à l’œuvre. 

Marc Riboud savait aussi capter la beauté et la grâce de l’humanité. Son travail illustre le rôle irremplaçable des reportages photographiques pour témoigner du monde.

 

Son dernier livre vient de sortir aux éditions de la Martinière, et traite de Cuba. 

 

Le 24 octobre 1963, Jean Daniel, journaliste français de réputation internationale, s’entretient avec John F. Kennedy. Au cours de l’échange, le président des États-Unis le charge même d’un message pour Fidel Castro. Quelques semaines plus tard, Jean Daniel retrouve Marc Riboud à Cuba. Le photographe de l’agence Magnum effectue alors un reportage sur les Cubains et leur pays. Ils sont tous deux invités à rencontrer le Leader Maximo et passent donc un long moment avec ce dernier dans une chambre d’hôtel. 

 

Le lendemain, Marc Riboud doit rentrer précipitamment à Paris, alors que Jean Daniel déjeune une dernière fois avec Fidel Castro. C’est au cours de ce déjeuner que le leader cubain apprendra l’assassinat de John F. Kennedy. Nous sommes le 22 novembre 1963 et Jean Daniel reste pour l’histoire le témoin privilégié des premières réactions de Fidel. Ce petit livre raconte un pays à un moment historique précis : l’interview de Jean Daniel paru dans L’Express à l’époque est publié une nouvelle fois, accompagné par les photos de Marc Riboud prises lors de l’interview. Il s’ouvre également plus généralement en proposant un portrait de la population.