Neil Gaiman professeur idéal pour enseigner le fantastique

Clément Solym - 04.11.2013

Patrimoine et éducation - A l'international - Neil Gaiman - enseignement - fiction


Le romancier Neil Gaiman est à la fête : le président de la chait Théâtre et programmes de performances, du Bard College, vient de s'offrir un professeur de rêve. En fait, « un professeur idéal », assure le communiqué de presse. Une nomination qui fait la part belle au travail d'auteur de Neil, tout à la fois phénomène internet, scénariste, et écrivain jeunesse. Entre autres...

 

C'est Neil qui le signale directement dans son fil Twitter, pointant le communiqué de l'établissement. De son titre officiel, Professor in the Arts in the Theater and Performance Program at Bard College, Neil aura pour responsabilité d'enseigner aux élèves américains, durant cinq années. 

 

 

  

« Neil est un artiste parfait du XXIe siècle, car il travaille avec succès dans de nombreux genres », explique Gideon Lester, le président de l'établissement. Fictions brèves ou longs romans, fantastiques et romans graphiques, littérature jeunesse ou scénario et scripts pour la télévision, Neil est donc un artiste complet. « Plus que tout autre écrivain, il est aussi rodé aux nouvelles technologies, capable d'atteindre des millions de lecteurs et de fans à travers les réseaux sociaux. »

 

Gideon Lester précise : « Par conséquent, il illustre parfaitement les intérêts et les besoins des étudiants d'aujourd'hui, et a beaucoup à nous apprendre sur l'art multidisciplinaire et transmedia. C'est aussi un érudit incroyable et diversifié dans ses goûts littéraires et artistiques. Vraiment un professeur idéal pour les étudiants américains. »

 

Son tout premier cours portera sur l'histoire du fantastique, les approches de la fiction dans le domaine, et le sens de l'imagination contemporain, à partir de février prochain. Le tout prendra la forme d'un atelier d'écriture. 

 

Le Bard College est situé à une grosse centaine de kilomètres de New York. Fondé en 1860, il s'ouvre principalement aux arts libéraux et aux sciences.

 

via Guardian