medias

Notre expression démembrée : Donner sa langue au chat

Clément Solym - 06.12.2007

Patrimoine et éducation - Scolarité France - donner - langue - chat


C'était l’hiver, par la fenêtre je contemplais les doigts d'ombres de Nyx s'étirer. La fière Séléné avait déjà pris place dans le firmament alors que les volutes de brouillard commençaient à s'accrocher au coin des ruelles....
« — Mario t’es encore en train de rêvasser, hein ? » hurla Niko (mon patron).
« — Mais j’ai une bonne nouvelle pour toi, tu sais de quoi il s’agit ? » poursuivit-il
« — Euh, tu me laisses partir plus tôt ce soir ? »
« — Perdu,…. Tu donnes ta langue au chat ? » Me demanda-t-il d’un air étrangement satisfait
« — Ben, oui dis-moi »
« On est jeudi et je n’ai pas d’explication d’expression alors tu t’y colles… tu n’aura qu’a expliquer donner sa langue au chat, tiens ! » et il reparti aussi subitement qu’il était arrivé. Ne subsistait de son passage qu’un vague écho de rire sardonique dans les bureaux de la rédaction.
Arf, voilà je ne me risquerai plus à donner quoique ce soit aux chats ils ne rendent rien.

De toute façon, à l’origine on ne disait pas donner sa langue au chat mais jeter sa langue aux chiens. Il est impossible de vraiment déterminer la période à laquelle cette expression est apparue, mais il est probable qu’elle fût en usage durant le moyen âge. Époque à laquelle on n’hésitait pas à couper la main aux voleurs ou bien  la langue aux menteurs. De plus on ne jetait aux chiens que les choses sans valeur. Ainsi par l’expression jeter sa langue aux chiens voulait-on dire, si je réponds, ne connaissant pas la bonne réponse, ma parole n’aura pas plus de valeur que celle d’un menteur alors autant la jeter tout de suite aux chiens…

Une deuxième question se pose maintenant.
Comment et pourquoi sommes-nous passés de jeter à donner et du chien au chat.
La transformation date très certainement du XIXe siècle. La société ayant changé, l’expression était peut-être trop brutale, reflétant des pratiques barbares d’un autre temps. On aurait donc adouci l’image en remplaçant jeter (qui induit une notion péjorative) par donner (qui implique plus une idée de cadeau). Il faut savoir aussi qu’à cette époque le chat était considéré comme le gardien des secrets. Il savait donc beaucoup de choses sans toutefois pouvoir les révéler. Ainsi on lui donnerai sa langue comme on prêterai la parole à quelqu’un…..
Mais ça c’est encore une autre histoire.

Pour approfondir

Editeur : Flammarion
Genre : pamphlets...
Total pages :
Traducteur :
ISBN : 9782081262331

Tourner La Page

Le capitalisme financier a précipité le monde dans la crise. Les marchés, toujours indomptés, multiplient les déflagrations économiques. Le néolibéralisme paralyse la marche du progrès social. Les pays émergents contestent la suprématie occidentale. Un vent de démocratie souffle sur les pays arabes, et pendant ce temps, en Europe et en France, tout continue comme avant. En dépit de l'impact destructeur de la crise sur nos vies, en dépit des responsabilités des marchés financiers, les élites intellectuelles, politiques , médiatiques et économiques justifient que la facture soit payée par les peuples. Il faudrait sacrifier ce qui subsiste de nos services publics et de nos solidarités. Le discours sur les " contraintes imposées par la mondialisation " sature le débat politique, finissant par convaincre nos concitoyens que le seul choix est d'indiquer dans quel ordre ils acceptent d'abandonner leurs droits. Pourtant le message des peuples est limpide : ces faux choix ne sont pas seulement injustes, ils sont inacceptables. Persévérer dans cette voie alimente nourrit un rejet profond de la démocratie et la tentation d'un vote massif en faveur de l'extrême droite. Pour éviter que la politique soit exclusivement la fille de la peur, la gauche doit redonner un sens et un contenu au progrès. Ce livre propose des objectifs et une stratégie pour desserrer l'étau et reprendre la marche du progrès.

J'achète ce livre grand format à 18.30 €