Odeuropa : des chercheurs veulent écrire une Encyclopédie des odeurs

Antoine Oury - 18.11.2020

Patrimoine et éducation - Patrimoine - odeuropa - recherche odeurs - parfums histoire


Au mois d'avril, le projet ressemblerait à un canular. Et pourtant, un consortium de chercheurs affiliés à des universités et instituts européens souhaite constituer une bibliothèque des odeurs, afin d'écrire une Encyclopédie du patrimoine olfactif. Ce grand projet patrimonial, financé à hauteur de 2,8 millions €, devrait aussi recréer certaines odeurs, d'après les descriptions écrites disponibles.

Smell


Financé à hauteur de 2,8 millions € par le programme européen Horizon 2020, Odeuropa s'intéresse à la place des odeurs dans les cultures européennes, et sur la manière dont celles-ci ont pu être façonnées, influencées par le fait de sentir. Plusieurs disciplines entrent en jeu, dans ce projet pour le moins atypique, dont l'histoire, la chimie, l'histoire de l'art, mais aussi les sciences de l'information ou encore le langage informatique. 

L'équipe de chercheurs derrière Odeuropa envisage de partir à la recherche d'un maximum d'éléments et de description des odeurs dans les textes du patrimoine européen, mais aussi dans les représentations visuelles de la nourriture ou d'autres éléments dégageant des informations olfactives.

Une Encyclopédie du patrimoine olfactif (Encyclopaedia of Smell Heritage) sera rédigée et mise en ligne par les chercheurs, destinée à devenir une référence en la matière. Elle retracera l'historique des odeurs les plus connues et les plus caractéristiques, mais aussi des pratiques olfactives.

Autre volet de ce projet de recherche, la recréation, en laboratoire, d'odeurs historiques, associées à des « événements olfactifs ». Le but est tout simplement d'engager, dans la découverte patrimoniale et l'apprentissage de notre passé, un nouveau sens, l'odorat. 
 
« L’objectif ultime du projet Odeuropa est de montrer qu’un engagement critique de notre odorat et de notre patrimoine olfactif est un moyen important et viable de connecter et de promouvoir le patrimoine culturel matériel et immatériel de l’Europe », indiquent les chercheurs. Pour cette phase particulière, des « nez » seront mis à contribution, notamment des travailleurs du domaine de la parfumerie.



Photographie : illustration, Dennis Wong, CC BY 2.0


Commentaires
quelle merveilleuse idée ! comment pouvons nous participer, nous, les citoyens européens ?
Deux articles d'un coup sur les odeurs: décidemment, aujourd'hui Antoine Ouri s'est mis au parfum!

L'a du flair!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.