On the Road de Kerouac, à l'époque des voitures autonomes

Clément Solym - 21.01.2019

Patrimoine et éducation - A l'international - Jack Kerouac Route - exposition hommage Kerouac - voitures autonomes Kerouac


Le réalisateur Peter Greenaway s’aventure dans ce qui serait sa plus ambitieuse réalisation. Lui qui avait trouvé l’inspiration pour des films avant-gardistes, dans les tableaux de maîtres anciens, a décidé de rendre hommage à Kack Kerouac. On the Road, voyage démesuré à travers l’Amérique, est exploré par le dessin, pour en extraire un sens nouveau. 


 

Greenway n’a pas lésiné : son installation artistique s’étendra sur plusieurs hectares, et il envisage même des voitures autonomes, ainsi que des véhicules ultras contemporains, pour parachever l’espace scénique. À l’ère de la voiture électrique, le réalisateur a dans l’idée de parcourir différemment le récit de Kerouac, notamment en s’appuyant sur des véhicules non conduits par des hommes – et les porter au rang d’œuvres.

C’est que On the Road est avant tout une épopée de la machine, du véhicule qui fait traverser les États –, et ce, à une époque où le culte de la voiture existait plus puissamment qu’aujourd’hui. Si l’on n’est plus soi-même aux commandes, qu’on se laisse déplacer sans action, cela signifie bien quelque chose de notre société, estime-t-il.

Ainsi, son installation prétend interroger le monde et cette manie de le « couvrir avec des kilomètres et des kilomètres d’autoroutes ». 
 
Évidemment, l’homme âgé de 76 ans n’a pas manqué On the Road, quand il était adolescent : le livre de Jack Kerouac fut rédigé entre le 2 et le 22 avril 1951, avant d’être publié en 1957. Qui se serait aventuré à produire cet immense rouleau – au sens propre ! – de 36,50 m, sans appréhension ? Avant de se lancer, Greenway assure qu’il a relu le texte, mais son projet nécessite beaucoup d’organisation et d’argent. 


Le rouleau de On the Road

 
Dans l’esprit de certains, c’est l’émirat de Dubai qui pourrait financier – les donateurs seraient littéralement fascinés par ce croisement entre histoire, littérature et technologie. Et les différents croquis déjà présentés laissent rêveur. On the Road a récemment fait l'objet d'un autre « remake » technologique, par le hacker et activiste Ross Goodwin, qui a laissé une intelligence artificielle et une voiture écrire 1 the Roadun récit de voyage proche de celui de Kerouac.
 
Les détails sont encore à définir, mais le spectateur aura sa part d’interaction ou de passivité. Et pourquoi ne pas imaginer en grand ? Après tout, cette installation pourrait devenir une attraction permanente. Comme le souligne Greenway, la tour Eiffel ne devait être qu’une structure temporaire, produite en 1889, et elle est pourtant toujours là...

via Guardian


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.