medias

Oxford découvre un coauteur aux pièces de Shakespeare

- 25.04.2012

Patrimoine et éducation - Patrimoine - Shakespeare - pièces - Thomas Middleton


Les universitaires d'Oxford viennent de mettre le doigt sur un coin de page intéressant. Parmi les grandes querelles qui sévissent autour de Shakespeare. En effet, Thomas Middleton serait, selon une analyse poussée des pièces de Shakespeare, le coauteur des oeuvres.

 

Le professeur Laurie Maguire, directeur de l'étude littéraire, est partisan de cette idée d'écritures à quatre mains. Après avoir plongé en profondeur dans le vocabulaire, les rimes, le style global, mais également la grammaire, tout porte en effet à croire que Thomas Middleton a participé aux grandes oeuvres shakespeariennes.

 

L'étude a porté sur la pièce All's Well That Ends Well, et estime qu'il s'agit là de la solution et l'explication la plus probable pour expliquer les différences qui existent à l'intérieur même des textes du dramaturge. Deux approches, donc deux auteurs, ça tient debout. 

 

D'autant, ajoute l'enseignant, que la majorité des pièces de théâtre écrites à l'époque impliquait plus d'un écrivain, mais le statut de rock star anticipée de Shakespeare se serait concrétisé par une volonté de garder un seul nom en haut des pièces. Les écrivains disposent de leurs propres spécificités littéraires, des sortes d'empreintes digitales, explique l'enseignant, comme un ADN stylistique.

 

Et c'est de ces éléments que l'équipe est arrivée à la conclusion que Thomas Middleton se retrouvait dans les grandes pièces et d'autres.

 

Le professeur Maguire explique que les rimes et les rythmes de plusieurs pièces, l'orthographe de même que le phrasé, et même certains mots de vocabulaires typiques, ne laissent pas de doute. Ainsi, la présence du mot "Ruttish" qui est présente dans les pièces, (désignant une attitude lascive), ne se retrouve, à cette époque, que dans le travail de Middleton. 

 

Les didascalies utilisées seraient également similaires à celles que l'on retrouve dans les pièces de Middleton, qui a vécu entre 1580 et 1627. Il est devenu célèbre pour des pièces comme  The Changeling et Women Beware Women, rapporte la BBC.

 

Fin des spéculations, donc, sur la paternité des oeuvres de Shakespeare ? Pas vraiment. Mais en suggérant que l'histoire littéraire avait raison, elle qui assure de la présence de deux auteurs dans l'écriture, à cette époque, les mystères autour de Shakespeare se dissolvent progressivement.

 

Cependant, assure le prof, la grande majorité des textes shakespeariens reste attribuée… à Shakespeare, ni plus ni moins. La "bardolatry", qui consiste à considérer Shakespeare comme un authentique génie créateur, ayant produit ses oeuvres seul, devrait en prendre un coup…