Pages 19 spéciale Guadeloupe : Prix Carbet des Caraïbes

La rédaction - 06.02.2016

Patrimoine et éducation - A l'international - Daniel Picouly - Guadeloupe Caraïbes - prix littéraire


Daniel Picouly s’installe chez André et Simone Swartz-Bart à Goyave en Guadeloupe pour une Page 19 inédite. Émission spéciale Simone et André Schwarz-Bart, le couple littéraire métisse qui a défrayé le chronique…tournée chez Simone Schwarz-Bart.

 

 

 

Page 19 s’installe dans l’habitation coloniale aujourd’hui labellisée « Maison des Illustres » où a vécu le couple jusqu’au décès d’André Schwarz-Bart le 30 septembre 2006. A partir du livre L’ancêtre en solitude paru en 2015 aux Editions du Seuil que Simone Schwarz-Bart a écrit à quatre mains avec son défunt mari l’écrivain André Schwarz-Bart, l’écrivaine nous fait entrer dans l’intimité et les archives de son couple. 

 

Trois générations de femmes à la Guadeloupe depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'aux premières années du XXe : La première, Bébé, est la fille de La Femme Solitude, une esclave devenue un personnage mythique ; elle est achetée par la veuve d'un planteur. Elle est un peu sorcière, voit des apparitions de Jésus. Un pauvre blanc l'achète, " la met en case ", lui fait trois filles. Il finira par l'épouser avant de mourir. La seconde, c'est Hortensia, une des fille de Bébé. L'esclavage a été aboli mais rien n'a changé vraiment. Hortensia est, comme sa mère, une étrange petite fille, avide de sortilèges, tentée par la révolte mais prisonnière de sa condition. La troisième femme est la fille d'Hortensia. On l'appelle Mariotte. Elle vit avec sa grand-mère, Man Louise, sa mère et ses deux tantes. L'enfant s'attache à un grand gaillard qui lui fait un peu peur mais lui raconte, à sa façon, l'histoire de son aïeule, la Femme Solitude. 

 

 

« C’est le plus beau couple métis de la littérature française. Un demi-siècle d’amour fou. Le mariage, pour l’éternité, du yiddish et du créole. Et le poids, sur leurs épaules accolées, de deux tragédies dont ils ont été les mémorialistes : le génocide des juifs et la traite des Noirs. Chacun a écrit son chef-d’œuvre. Pour André, ce fut «le Dernier des Justes» (prix Goncourt 1959), qui retrace mille ans d’une lignée de Justes, les Lévy, depuis York, au Moyen Age, jusqu’au camp d’Auschwitz. Et pour Simone, de dix ans sa cadette, «Pluie et vent sur Télumée Miracle» (1972), la longue généalogie de femmes guadeloupéennes, les Lougandor, depuis l’époque de l’esclavage jusqu’aux temps modernes.

 

Dix ans après la mort de l'auteur du "Dernier des Justes", sa femme, Simone, reprend le cycle antillais qu’ils avaient imaginé ensemble et dû abandonner devant les critiques. » Jérôme Garcin Bibliobs.

 

Rendez-vous sur France Ô le 7 février à 111h45. Réalisé en partenariat avec Guadeloupe 1ère

 


Pour approfondir

Editeur : Seuil
Genre : litterature...
Total pages : 240
Traducteur :
ISBN : 9782021226645

L'ancêtre en solitude

de Simone Schwarz-Bart

À la Guadeloupe, trois générations de femmes se succèdent depuis le milieu du XIXe siècle jusqu'aux premières années du XXe siècle. La première, Marie, a été achetée bébé par la veuve d'un planteur. Plus tard, un pauvre blanc la « met en case ». Il finira par l'épouser. Sa fille, Hortensia, est comme sa mère, une étrange petite fille, tentée par la révolte mais prisonnière de sa condition. L'esclavage a été aboli mais rien n'a vraiment changé. Puis vient Mariotte. Un homme qui est peut-être son père, lui raconte l'histoire de son aïeule, la mythique Femme Solitude. Elle entend aussi parler de négresses qui savent lire et écrire. Mais apprendre les « petites lettres » n'est-ce pas risquer de devenir folle ?Le réalisme du quotidien est enchanté par l'imagination des trois héroïnes hantées par les sortilèges. La vie est dure. Mais c'est la joie ou du moins l'élan à vivre et à rire qui l'emporte toujours. L'Ancêtre en Solitude s'inscrit dans la lignée des grands romans guadeloupéens écrits à quatre mains par Simone et André Schwarz-Bart : Un plat de porc aux bananes vertes (1967) et La Mulâtresse Solitude (1972). André Schwarz-Bart a obtenu en 1959 le prix Goncourt pour Le Dernier des Justes.

J'achète ce livre grand format à 18 €

J'achète ce livre numérique à 12.99 €