Palper, renifler, découvrir, à l'école des livres anciens

Clément Solym - 24.07.2012

Patrimoine et éducation - A l'international - rare book school - patrimoine - livre ancien


Durant l'été, The Rare Book School propose une plongée dans le monde très exquis des livres rares. Regroupant des bibliothécaires, des conservateurs, des lettrés, des négociants, des collectionneurs et des civils passionnés, chaque classe offre la possibilité de consulter, toucher et mieux comprendre les objets vieux de plusieurs siècles qui se présentent devant eux.


 

 

 

Un programme alléchant que The Rare Book School, fondé à l'origine à l'Université de Colombia (USA), présente désormais chaque année à Charlottesville. On pourrait penser l'ambiance très studieuse, puisqu'il s'agit d'arriver, par des cours et de la pratique, à savoir comment les pages sont pliées, coupées, imprimées et rassemblées, remontant l'histoire de l'imprimerie ; ou de manipuler des objets précieux comme une feuille volante d'une Bible de Gutenberg très ancienne.

 

Pourtant, le groupe d'une douzaine de personnes, sous les ordres de Mark Dimunation, témoigne d'une atmosphère détendue où chacun est mis sur le même pied d'égalité. Le petit groupe avoue jouer à reproduire La Neuvième porte, le film, avec les outils à lumières fluorescentes qui ressemblent à des sabres lumineux, tout en réussissant à se concentrer sur des ouvrages du XVe siècle, comme le Hypnerotomachia Poliphili, une longue poésie d'amour érotique. Il paraît qu'il s'agit là d'un livre des plus bizarres et des plus beaux jamais produits.

 

L'école, outre ses originalités, apporte l'apprentissage d'une niche intellectuelle importante et enseigne surtout la matérialité et l' « essence » du livre, souvent laissées à l'abandon par les écoles de documentalistes. « Un livre est une coalescence d'intentions humaines », déclare Michael Suarez, un spécialiste formé de littérature britannique du XVIIIe siècle formé à Oxford. « Nous pensons que nous savons comment le lire parce que nous pouvons lire la langue. Mais il y a beaucoup plus, dans la lecture d'un livre, que simplement la langue ».

 

Les participants voient dans ce stage une chance unique de manipuler plus de 80.000 objets, que ce soient des livres ou des jeux de cartes anciens. Beaucoup d'entre eux sont pliés, souillés, imprégnés d'eau, mangés de ver. « Nous sommes très curieux de la manière dont les livres sont marqués au fil du temps », confie Barbara Heritage, directrice adjointe de l'école.

 

Mark Dimunation tient à cœur de mener ses élèves vers des chemins auxquels ils n'auraient pas pensé : étudier les lots d'Harlequins, cette littérature sentimentale, qui représente une part considérable de la production de livre et de son évolution numériques, ou encore considérer le cours de l'argent qui permet de saisir la place du livre dans le marché.

 

Une initiative qui séduit les étudiants et les passionnés puisqu'elle permet d'apporter des bénéfices intellectuels hors normes sur l'archéologie du livre. D'autant plus qu'ici les esprits sont ouverts, et on n'est pas choqué de tomber sur une image d'un personnage en « érection extravagante » en feuilletant le Hypnerotomachia Poliphili. « Les livres eux-mêmes, cependant, ont parfois des idées moins élevées. Il y a un truisme à enseigner avec les livres : la première chose qui apparaît est celle sur laquelle vous ne voulez pas tomber », avoue Mark Dimunation. (via New York Times)

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.