Dix ans après la disparition de l'écrivain, poète et homme politique français Aimé Césaire, il n'existe toujours pas de base d'archives unique pour explorer la genèse de son œuvre et de la négritude. L'Assemblée nationale dispose d'un fonds notable, qui s'explique par les fonctions politiques de Césaire, tandis que l'on retrouve plusieurs documents au sein des archives d'André Breton.


Aimé Césaire au Panthéon (Rémih, CC BY-SA 3.0)



Malgré l'impact littéraire et politique du « nègre fondamental », surnom donné par Aimé Césaire par ses nombreux admirateurs, dix ans après sa disparition, force est de constater qu'il n'existe toujours pas de base de données pour la valorisation de ses archives. « [L]e poète martiniquais n’a conservé lui-même que très peu d’archives », soulignait Kora Véron dans un article publié dans la revue Continents manuscrits.

 

Il faut donc compter sur d'autres : du côté des institutions, l'Assemblée nationale conserve un fonds important consacré à l'écrivain et poète. « En termes de qualité, par le nombre de publications, de manuscrits et d’articles, c’est l’un des fonds les plus importants », explique David Alliot, auteur d'Aimé Césaire, le nègre universel chez Infolio (2008) et « Le communisme est à l'ordre du jour », Aimé Césaire et le PCF, de l'engagement à la rupture (1935-1956), aux éditions Pierre-Guillaume de Roux (2013).

 

La bibliothèque de l’Assemblée nationale abrite ainsi un tapuscrit du Cahier d’un retour au pays natal, accompagné d'un courrier daté 28 mai 1939 et destiné à Pierre Petitbon, professeur de lettres à l’École normale supérieure. C'est lui qui avait conseillé à Césaire de faire publier son Cahier, y voyant l'œuvre d'un grand poète. 

 

« Je vous envoie mon manuscrit, revu et corrigé. Çà et là quelques additions. Et surtout j'ai modifié la fin dans le sens que vous m'avez indiqué. Plus vertigineuse et plus finale, je crois », écrit Césaire.


<

>


« Des corrections, il y en a en permanence. Il y a des mots rajoutés. Mais avec le tapuscrit, on a accès à l’œuvre créatrice d’Aimé Césaire », explique encore David Alliot à France Info.

 

Bien entendu, on retrouve le travail politique de Césaire à l'Assemblée, dont la loi de départementalisation de 1946, qui a fait sortir les départements d'outre-mer du statut de colonie. Des discours et des rapports sont aussi conservés, au même titre que des poèmes, écrits entre 1948 et 1950, reniés par Aimé Césaire, car consacrés à son engagement politique auprès du Parti Communiste français...

 

L'autre source importante d'archives se trouve du côté d'un proche d'Aimé Césaire, André Breton. Les deux poètes se rencontrent en 1941 après que Breton, admiratif, ait découvert le Cahier d'un retour au pays natal. On retrouve ainsi, au sein des très précieuses archives André Breton quelques documents de ou consacrés à Aimé Césaire. Des manuscrits et tapuscrits de poèmes, dont ceux de « La forêt vierge » et « Poème » ou encore « Tombeau du soleil ».

 

Découvrez les livres de la bibliothèque
d'André Breton

 

Ces archives permettent aussi de deviner les liens entre les deux hommes, et le soutien de Breton à l'action politique de Césaire : « Je loue sans réserve Aimé Césaire qui dans une période historique cruciale a cédé à la pression générale qui l'appelait à représenter la Martinique à l'Assemblée Constituante ; je me fais une trop haute idée de sa vocation poétique pour craindre qu'elle puisse en subir un dommage », indiquait ainsi André Breton lors d'une interview à la revue Jeunes Antilles en mars 1946.



 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.